Publicité

Jazz Trotter : Laszlo Gardony - Close Connection

Yoron Israel, Laszlo Gardony, John Lockwood
Yoron Israel, Laszlo Gardony, John Lockwood
- ©Chris Drukker

Le pianiste et enseignant du Berklee College of Music, Laszlo Gardony, embrasse ses racines de musique folklorique hongroise et de rock progressif dans “Close Connection” (Sunnyside). Ce 14ème album en leader réunit le bassiste John Lockwood et le batteur Yoron Israel.

Après deux enregistrements solo dans lesquels il a réimaginé des standards de jazz et exploré la composition spontanée (“Serious Play” en 2017, “La Marseillaise” en 2019), le pianiste-compositeur d'origine hongroise Laszlo Gardony se réunit avec son tandem rythmique préféré, le bassiste John Lockwood et le batteur Yoron Israel, sur “ Close Connection”, son 11ème album pour le label Sunnyside. Dans ce cadre de trio hautement interactif, le pianiste basé à Boston ravive son alchimie avec Lockwood et Israel, issue de leurs précédentes rencontres sympathiques sur “Ever Before Ever After” en 2003, “Natural Instinct” en 2006, “Dig Deep” en 2008, “Signature Tim”e en 2011 et “Life in Real Time” en 2015.

"C'était totalement confortable", déclare le musicien vétéran à propos de la session en roue libre pour “Close Connection”. "Nous jouons ensemble depuis plus de 20 ans, et après tout ce temps, il est facile de communiquer mes idées au groupe. La musique est toujours quelque chose que l'on ressent et que l'on imagine, pas quelque chose que la communication verbale pourrait vraiment exprimer. Bien sûr, j'écris des diagrammes détaillés pour mes compositions, mais John et Yoron comprennent vraiment la signification de ce qui a inspiré la musique et de ce que j'essaie d'exprimer."

Publicité

Dans “Close Connection”, Laszlo Gardony s'intéresse à ses propres racines, en particulier aux éléments de la musique folklorique d'Europe centrale (une qualité qu'il partage avec Béla Bartók, dont la grande appréciation des airs folkloriques de Hongrie, de Roumanie, de Bulgarie et de Slovaquie a influencé son travail). Cette qualité se retrouve dans la première partie de l'album, la composition de Laszlo Gardony Irrepressible, qui fourmille de dissonances et de gammes typiques de l'Europe centrale, ainsi que dans la dernière partie, Cold Earth, une pièce improvisée collectivement et basée sur des gammes de musique folklorique hongroise. "La plupart de ces influences m'ont été transmises par la musique de Bartók", explique Laszlo Gardony. "Elle m'a baigné pendant toute mon enfance".

L'engouement précoce de Laszlo Gardony pour le rock progressif, alors qu'il grandissait à Budapest, est un autre aspect qui ressort de ce projet. Mais plutôt que de recourir aux synthétiseurs et aux instruments électriques, il a essayé de capturer l'énergie de cette musique des années 70 dans un cadre purement acoustique. Il appelle cela le New Prog Jazz. "C'est du jazz acoustique original avec l’audace, les grooves et le style avant-gardiste des groupes de prog-rock que je fréquentais étant jeune, comme King Crimson, Emerson, Lake & Palmer, Deep Purple, Soft Machine et des groupes plus obscurs comme Atomic Rooster et Can. Ce genre d'énergie m'a profondément inspiré à un moment précoce de ma vie, et je cherche donc à recréer cette énergie sur les harmonies et mélodies particulières que j'écris."

À propos de l'artiste

Pianiste et compositeur de jazz de renommée internationale, Laszlo Gardony, basé à Boston, est l'un des pianistes les plus expressifs et les plus habiles techniquement qui travaillent dans le jazz aujourd'hui. "Un formidable improvisateur qui vit dans l'instant", selon JazzTimes, Gardony s'est produit dans 27 pays et a sorti 14 albums en tant que leader : 11 sur le label Sunnyside, deux sur Antilles et un sur Avenue Jazz. Lauréat du Great American Jazz Piano Competition, il a été remarqué pour son "pianisme fluide" par le New York Times, loué par le JazzTimes pour son "incroyable technique déployée sur un langage harmonique très personnel", encensé par le Boston Phoenix pour son "lyrisme accessible et ses subtiles complexités", célébré par le Jazzwise britannique comme un "excellent pianiste qui a maîtrisé le son de la surprise" et salué par Cadence comme un pianiste méritant une plus large reconnaissance. Et comme l'a dit DownBeat : "Peu importe à quel point Gardony est occupé, il y a une tranquillité au centre de sa musique, un amalgame distinctif de souches folkloriques d'Europe centrale, de piano classique majestueux et d'audace en matière d'improvisation." Le légendaire Dave Brubeck l'a également qualifié de "grand pianiste".

Professeur au département de piano du Berklee College of Music depuis 1987, ainsi que membre du corps enseignant du programme Jazz Combo Initiative de l'université de Harvard, Gardony a joué et/ou enregistré avec des artistes tels que Dave Holland, Miroslav Vitous, Bob Moses, Mick Goodrick, Yoron Israel, John Lockwood, Jamey Haddad, David "Fathead" Newman, Randy Brecker, Dave Liebman, Eddie Gomez, Bill Pierce, Don Braden et Stan Strickland.

Né à Budapest, en Hongrie, Gardony a montré très tôt des aptitudes pour le piano et a rapidement commencé à improviser, concevant de petits airs inspirés par le blues, la pop et la musique classique qu'il entendait à la maison. Immergé dans la tradition classique européenne pendant son enfance, il est attiré par le rock progressif à l'adolescence et passe d'innombrables heures à improviser au piano de la musique basée sur le blues. Il a étudié le gospel et le jazz, une passion qui a rapidement éclipsé ses activités classiques. "Nous avions des cours de jazz et de musique africaine au conservatoire", se souvient-il. "Il y avait des gens très compétents et beaucoup de disques. En matière de jazz, c'était une toute petite communauté, mais très inspirante."

Après avoir obtenu son diplôme du conservatoire Béla Bartók et de l'université des sciences de Budapest (avec une spécialisation en mathématiques et en physique), Gardony est devenu l'un des accompagnateurs les plus recherchés d'Europe. Doté d'un puissant sens du swing, d'un sens aigu du blues et d'une maîtrise du vocabulaire post-bop, il a acquis des connaissances inestimables en partageant les scènes de festivals avec des groupes comme les Art Blakey's Jazz Messengers et Abdullah Ibrahim. Après plusieurs années sur la route en tant que sideman, Gardony a décidé qu'il devait approfondir sa connaissance du jazz. Une bourse d'études complète à Berklee l'amène aux États-Unis en 1983, et un poste de professeur à l'école après l'obtention de son diplôme le retient à Boston. Il fait ses débuts sur disque aux États-Unis avec l'album “The Secret” (Antilles), acclamé en 1988, avec le bassiste tchèque Miroslav Vitous et le batteur Ian Froman. Mais c'est la première place qu'il remporte l'année suivante au Great American Jazz Piano Competition qui le propulse sur le devant de la scène nationale. 
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Laszlo Gardoni Trio est en concert jeudi 26 janvier à 19h30 au David Friend Recital Hall à Boston (USA)

À écouter dans l'émission sur Aka Moon : Aka Moon, la qualité de la joie XXL
Open jazz
54 min