Publicité

Jazz Trotter : Per Møllehøj, Kirk Knuffke, Thommy Andersson - 'S Wonderful

Per Møllehøj, Kirk Knuffke, Thommy Andersson
Per Møllehøj, Kirk Knuffke, Thommy Andersson
- Annett Ahrends

Per Møllehøj, Kirk Knuffke et Thommy Andersson lancent un joyeux message avec “‘S Wonderful” qui paraît chez Stunt / UVM.

Il est une idée aussi fausse que largement répandue, qui prétend que l'évolution du jazz est toujours basée sur la résistance aux règles et aux traditions... Ou que l'histoire ne récompense que ceux qui sont en rupture des périodes précédentes. Ce n'est pas toujours le cas. De nombreux jeunes musiciens importants revisitent le passé pour s'en inspirer, se connectant à des éléments oubliés et négligés de l'art américain. Considérez, pour un instant, le trio de cet album - trois musiciens accomplis qui n'avaient jamais travaillé ensemble auparavant, mais qui se sont rencontrés avec l’envie de s'écouter mutuellement et de laisser la musique parler d'elle-même au service d'un objectif commun.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le guitariste Per Møllehøj, le cornettiste Kirk Knuffke et le bassiste Thommy Andersson ne vivent pas dans le passé. Ils sont patients, intrépides et suffisamment sûrs d'eux pour laisser la musique trouver son propre tempo naturel - à la fois blues et intime - tout en réinventant furtivement de vieux morceaux issus de la tradition de la Nouvelle-Orléans et en interprétant des morceaux plus récents écrits dans cette tradition. Le trio joue une musique profondément enracinée sans être trop traditionnelle, et il la présente comme une musique fraîche et moderne avec une dramaturgie, du dynamisme et de la joie... Thommy Andersson et Kirk  Knuffke ont travaillé ensemble dans plusieurs formations au fil des ans et ont développé une profonde amitié. Au cours des 20 dernières années, Thommy Andersson a joué avec une myriade de musiciens différents lors de tournées et d'enregistrements, et on peut actuellement l'entendre avec le New Jungle Orchestra de Pierre Dørge ainsi qu'avec ses propres projets. Thommy Anderson ne joue pas des lignes de « walking bass » dans un sens traditionnel et ce faisant (ou plutôt en ne le faisant pas) il donne aux solistes l'espace indispensable pour déployer leurs ailes.

Publicité

En savoir plus : Kirk Knuffke, deux rondelles dans le cornet

Une fois en studio, le son du groupe s'est mis en place immédiatement. Il y avait une abondance d'espace, à la fois littéral et musical, pour les trois musiciens dans le studio, et l'enregistrement s’est déroulé avec tout le monde dans la même pièce - sans casques ou barrières physiques... Rien qui puisse affecter le contact visuel entre les joueurs. C'était comme une performance en public, sans montage ni overdubs ultérieurs, et tout ce qui figure sur l'enregistrement sonne comme ce jour-là dans la pièce. Le fait que le studio possédait une paire de vieux microphones RCA qu’affectionne particulièrement Kirk  Knuffke et que Mads Mølgaard, remarquable ingénieur  du son, ait mis ses oreilles affutées et sa bonne énergie au service de l’enregistrement de la session y ont certainement contribué.

Le répertoire a été sélectionné avec le désir de rendre hommage à la musique à laquelle les membres du trio se sentent liés, et notamment Kirk Knuffke, qui brille particulièrement lorsqu'il se situe sur la ligne magique entre le jazz traditionnel et l'improvisation libre pour laquelle il est également connu. La première idée était d'enregistrer la musique de W.C. Handy, et bien que deux de ses chansons soient incluses ici (Beale Street Blues et St. Louis Blues), la session s'est éloignée du strict concept d'hommage à Handy. La musique de Handy a toutefois fini par déterminer la couleur du programme, et a orienté le trio vers Just Squeeze Me de Duke Ellington et le titre 'S Wonderful de George Gershwin. Per a apporté trois de ses propres compositions, Same But Different et First Draft - toujours dans l'ambiance des années 1910 et 1920 - ainsi que A Brother And A Sister, écrit pour les jumeaux de Per nés en 2009. Kirk a contribué avec Elizabeth Town (dédié au bluesman Howlin 'Wolf) et à un autre blues, Can't See For Looking, dont le titre est tiré directement du livre du clarinettiste Mezz Mezzrow, “La Rage de vivre”, qui contient un glossaire de ses termes d'argot.
(extrait du communiqué de presse)

À écouter dans l'émission sur McCoy Tyner : McCoy Tyner : « Sahara », 50 ans après