Publicité

Jazz Trotter : Rudresh Mahanthappa - Animal Crossing

Rudy Royston, Rudresh Mahanthappa, François Moutin
Rudy Royston, Rudresh Mahanthappa, François Moutin
- David Crow

Le célèbre saxophoniste alto Rudresh Mahanthappa retrouve son Hero Trio avec Rudy Royston et François Moutin pour un nouvel EP de quatre titre : “Animal Crossing” qui paraît chez Whirlwind.

Animal Crossing”, dont la sortie numérique est prévue le 4 février 2022 via Whirlwind Recordings, aborde un répertoire éclectique comprenant le thème du jeu vidéo très populaire et des compositions de Pat Metheny, Chuck Mangione et George Michael.l

Sa principale réussite est d'avoir comblé le fossé entre les soi-disant "intellos" et "bas du plafond", car le trio de Rudresh Mahanthappa a su apposer une empreinte distinctive sur l’éclectisme du matériel source, avec un cocktails étincelants de grooves, de détours fulgurants et de solos..." - Kevin LeGendre, Jazzwise

Publicité

" [Mahanthappa] fait vraiment partie des jazzmen les plus originaux du moment". - Brian Zimmerman, Jazziz

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mais comme tout grand super-héros, Rudreh Mahanthappa et son Hero Trio sont de retour avec une suite très attendue. “Animal Crossing” est un EP exclusivement numérique comprenant quatre nouvelles chansons, chacune étant un ajout insolite au canon des standards de jazz. "L'idée derrière Hero Trio était de reprendre l'idée de jouer un ensemble de standards et de les rafraîchir", explique le saxophoniste.

Et oui, cela inclut l'air du titre Animal Crossing, la chanson thème du jeu vidéo très populaire qui est devenu omniprésent pendant le confinement. Si ce choix peut s'expliquer par le fait que Rudresh Mahanthappa a deux jeunes enfants à la maison, ce qui permet au thème entraînant de se frayer un chemin dans son cerveau et de s'y installer, le jeu - tout comme le trio de héros lui-même - répond à un besoin vital juste sous sa surface ludique. 

"Animal Crossing a fini par être une sorte de sauveur pour beaucoup de personnes enfermées", dit Rudresh Mahanthappa. "Il a apporté une oasis de calme et de positivité à beaucoup de gens et est devenu un moyen pour les personnes isolées de se connecter. Vous pouviez jouer avec vos amis en ligne ; il y avait même des histoires de gens qui organisaient leur fête d'anniversaire dans Animal Crossing. C'était incroyable pour moi que ce jeu vidéo ait ce genre de présence et de pouvoir."

En savoir plus : Rudresh Mahanthappa et ses super héros

Les quatre chansons du nouvel EP, ainsi que l'ensemble du répertoire du Hero Trio, ont une signification personnelle pour Rudresh Mahanthappa, sous une forme ou une autre. Pendant une grande partie de sa carrière, l'altiste s'est concentré sur sa propre musique originale. Il a d'abord uni ses forces avec Rudy Royston et François Moutin en 2015 pour “Bird Calls”, un album en quintet qui rendait un hommage non conventionnel à Charlie Parker avec de nouvelles pièces reconfigurant le matériel des compositions emblématiques de Bird. Hero Trio est né de ce projet, Rudresh Mahanthappa tournant sa vision d'arrangeur sur du matériel provenant d'une variété de sources.

"Je pense en partie que cela a été stimulé par mon enseignement", explique Rudresh Mahanthappa, qui est directeur du département  jazz à l'université de Princeton depuis 2016. "Je me retrouve à jouer des standards avec mes étudiants et je réalise que j'aime vraiment ça."

À lire : Jazz Trotter : Rudresh Mahanthappa - Agrima

La référence de Missouri Uncompromised de Pat Metheny à l'un des moments les plus sombres de l'histoire américaine et un antécédent direct de la guerre civile a certainement des échos sinistres avec notre période politique extrêmement divisée. La chanson elle-même est aussi un petit bijou, rarement repris, tiré du premier album du guitariste, “Bright Size Life”, paru en 1976. "C'est mon album préféré de Metheny, et Missouri Uncompromised est mon morceau préféré de l'album", dit Rudresh Mahanthappa. "Je ne m'en lasse jamais, et j'ai toujours pensé que ce serait un vrai défi d'enregistrer en tant que saxophoniste".

Le nom de Chuck Mangione, en revanche, n'est pas exactement synonyme de "défi" - le méga-succès de 1977 du bugliste, Feels So Good, est instantanément devenu la bande-son de prédilection pour les moments de détente et d'insouciance. Cette réputation occulte les compétences de Chuck Mangione en matière de jazz (il est notamment un ancien élève des Art Blakey's Jazz Messengers), mais Rudresh Mahanthappa a choisi Give It All You Got pour des raisons bien plus proches de lui. "Mon frère aîné était un grand fan de Chuck Mangione à la fin du lycée ou au début de l'université", se souvient-il. "_Il avait un t-shirt Chuck Mangione ! Une grande partie de la musique à laquelle j'ai été exposé quand j'étais enfant m'a été transmise par mon frère. Tout ce qu'il aimait devenait ce que j'aimais par défaut. J'ai donc voulu enregistre_r Give It All You Got parce que la musique que l'on entend quand on est très jeune a un impact, indépendamment de ce que l'on en pense plus tard dans la vie".

Dans les mains transformatrices du trio, le funk virevoltant de l'original se transforme en une sorte d'embardée funèbre, transformant un hymne optimiste en une ballade sombre et déterminée face à des obstacles écrasants, un reflet parfait des difficultés que nous avons tous vécues ces dernières années.

La pulsation vigoureuse de François Moutin donne le coup d'envoi de la dernière piste de l'album, qui, après une introduction pleine de fougue, se transforme en une reprise fougueuse de la chanson Faith de George Michael. Rudresh Mahanthappa interprète le message familier avec une déclamation féroce sur le rythme tumultueux de Rudy Royston, et la chanson termine l'EP sur une note particulièrement vivifiante. "George Michael avait un charisme particulier", dit Rudresh Mahanthappa, "et cette chanson a un groove qui tue. Il y a toutes sortes de façons de l’aborder, en déplaçant simplement une croche ici ou là, mais elle reste toujours contagieuse." Un exemple concret : le deuxième passage du trio sur la mélodie de Faith est superposé aux changements d'accords de Giant Steps de John Coltrane.

En savoir plus : Rudresh Mahanthappa, Bird Lives

Si Rudresh Mahanthappa était ravi de réunir à nouveau le Hero Trio pour enregistrer ces compositions, il est encore plus impatient de jouer devant un vrai public en 2022. "Nous avons sorti cet album en juin et nous n'avons fait aucun concert", déplore-t-il. "Nous n'avons même pas pu porter nos costumes de super-héros en public ! Nous voulons au moins sortir et porter les capes."

Rudresh Mahanthappa

Salué par Pitchfork comme "époustouflant... l'un des meilleurs saxophonistes actuels", le saxophoniste alto, compositeur et pédagogue Rudresh Mahanthappa est largement reconnu comme l'une des figures majeures du jazz du XXIe siècle. Il a plus d'une douzaine d'albums à son actif, dont “Bird Calls”, qui a figuré en tête des listes des meilleurs de l'année 2015 de nombreux critiques, et l'éclectique premier album éponyme de 2020 de son “Hero Trio” avec Rudy Royston et François Moutin. Mahanthappa a été nommé saxophoniste alto de l'année pendant neuf des onze dernières années dans les palmarès des critiques du magazine Downbeat, et pendant cinq années consécutives par la Jazz Journalists' Association (2009-2013), puis à nouveau en 2016. Il a également remporté le titre de saxophoniste alto de l'année à plusieurs reprises dans les palmarès des critiques de JazzTimes Magazine et de la Jazz Journalists Association, et a été nommé "meilleur artiste de jazz" par le Village Voice en 2015.  Il a également reçu la bourse Guggenheim et le Doris Duke Performing Artist Award, entre autres distinctions, et est actuellement le directeur du jazz de l'université de Princeton.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

À écouter dans l'émission sur Henri Texier : Henri Texier, le retour aux sources