Jazz Trotter : Trio Grande - Impertinence

Publicité

Jazz Trotter : Trio Grande - Impertinence

Trio Grande
Trio Grande
- ©Lara Herbinia

Igloo et W.E.R.F records s’associent une fois de plus autour du Collectif du Lion. Trio Grande, “le plus petit big band du monde”, souffle ses trente bougies et présente, à cette occasion, son sixième album, “Impertinence”.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Prétendre à l’éternelle jeunesse, à une musique libertaire, jouissive et communicative. Oser le groupe plutôt que l’individualisme, l’acoustique sans artifice... Quelle effronterie ! Quelle impertinence !

Leur jazz, celui qu’ils jouent, ils l’aiment un point c’est tout ! Et ça se sent, ça se voit même ! Loin des crises d’identité, il n’est ici question que de danse des tempos et d’émotion partagée grâce au langage des sons. En équilibre permanent entre l’élan et la suspension, Trio Grande est le groupe de la maturité, du bonheur trouvé au fil de l’expérience et au gré du temps, un hymne à la vie et à la beauté, à l’écart de toute niaiserie. Une puissance parfois terrible cohabite constamment avec une délicatesse surnaturelle. Dans des compositions que l’on aimerait presque qualifier « à succès », tellement elles vous emmènent très haut dès les premières secondes - c’est souvent un signe - les comparses habitent leur musique avec une fièvre lyrique admirablement servie par les entrechats d’un Michel Massot inventif, ou d’un Michel Debrulle puissamment architectural. Puis Laurent Dehors leur rend la pareille, avec une rigueur de phrasé allié à une coloration splendide. Le spectateur est pris comme au creux d’une main et déposé de l’autre côté du paysage, passablement transfiguré.

Publicité
Jazz été
59 min

Retour aux sources avec cet album anniversaire qui sort au même moment que la réédition des deux premiers LP de ce qu'on pourrait appeler son "ancêtre", Trio Bravo.
(extrait du communiqué de presse)

À écouter dans l'émission sur Paul Lay : Paul Lay, pour l'amour de Bill Evans
Open jazz
54 min