Publicité

L'école harmonique : quand la musique apprend le vivre ensemble

Par
Le concert final de L'école harmonique à la Chapelle Corneille © Benjamin Girard
Le concert final de L'école harmonique à la Chapelle Corneille © Benjamin Girard

A Rouen, 140 apprentis musiciens sont montés sur scène mardi dernier pour un concert couronnant toute une année d'initiation musicale à l'Ecole harmonique, dispositif pédagogique du Poème harmonique de Vincent Dumestre. Un apprentissage à la musique, mais aussi, et surtout, une école du vivre ensemble. Récit.

Sur scène, ils sont tous égaux : 140 élèves et leurs enseignants se préparent pour le concert final qui couronnera une année entière de travail à l**'Ecole harmonique**. Pour ce concert final, c'est la somptueuse Chapelle Corneille de Rouen qui accueillit tout ce petit monde. Mais au cours de l'année, c'était l'école qui est allée à la rencontre de ses élèves dans les Hauts de Rouen, un quartier dont la Chapelle Corneille semble être à mille lieux. Du plateau isolé qu'occupe le quartier, Rouen semble au bout du monde.

Marie Emond a chapeauté le projet pédagogique : « L'école élémentaire Debussy se trouve dans un quartier isolé, et les familles ne se déplacent que rarement au centre de Rouen. Il n'y a pas de conservatoire dans ce quartier, et les populations sont loin de toute offre culturelle. Pour nous, le pari était d'emmener le répertoire du Poème harmonique dans un milieu qui en est culturellement et socialement, mais aussi géographiquement, éloigné. »

Publicité

Or, le Poème harmonique est un ensemble spécialisé en musique baroque, qui joue sur des instruments d'époque. Un répertoire qui pourrait facilement être assimilé à une culture élitiste ?

« C'est un faux débat, » tranche Vincent Dumestre, directeur artistique du Poème harmonique. « Notre répertoire fait partie de la culture classique, mais il suffit de déplacer le curseur dans l'approche pédagogique. Notre objectif principal était de rassembler les élèves autour d'un projet musical. Imaginer des interventions ponctuelles une fois de temps en temps n'aurait eu aucun sens. Nous avons eu envie de proposer un vrai accompagnement pédagogique. Il était logique pour moi de fonder le projet sur la pratique, commencer tôt, s'inscrire dans la régularité et réfléchir à long terme. Et comme l'école Debussy nous a accueillis les bras ouverts, c'était le bon choix. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tous les élèves des CP et CE1 font partie de l'orchestre, ainsi que douze élèves scolarisés en ULIS, dispositif pour la scolarisation des élèves en situation de handicap. *« Tous les élèves, sans différence, font de la musique, avec leurs compétences et leurs capacités, y compris les enseignants, qui ont, eux aussi, été initiés au jeu d'un instrument. Le travail avec les enfants en situation de handicap a été mené avec l'encadrement des éducateurs spécialisés en plus. » * précise Marie Emond, coordinatrice du projet. Une leçon de musique, certes, mais surtout, une leçon de vivre ensemble.

  • « C'est comme à l'orchestre, on attend, on patiente. »