Publicité

L’Opéra de Kharkiv partiellement détruit lors d’une frappe aérienne russe

Par
Le toit de l'Opéra de Kharkiv est en ruines après une frappe aérienne russe ce mardi 1 mars
Le toit de l'Opéra de Kharkiv est en ruines après une frappe aérienne russe ce mardi 1 mars
© Maxppp - PHOTOSHOT

Une frappe russe a partiellement détruit l'opéra de Kharviv, deuxième plus grande ville d'Ukraine. L'attaque a eu lieu à huit heures du matin le mardi 1er mars, peu après la levée du couvre-feu national.

Kharkiv, deuxième plus grande ville de l’Ukraine situé au nord-est du pays, a été la cible d’un bombardement russe hier matin qui a touché l’Opéra de Kharkiv ainsi que la Philharmonie mais également le siège de l'administration d'État de la région et des bureaux du gouvernement ukrainien. Une vidéo partagée sur Twitter par le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kuleba montre l’impact ainsi que la sévérité des dégâts.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cette nouvelle attaque de l'offensive russe cible non seulement le cœur culturel de Kharkiv mais également un lieu historique, rebaptisé « Place de la Liberté » il y a 31 ans lorsque la nation se sépara du Kremlin après l'effondrement de l'empire soviétique. Le bombardement de la huitième plus grande place publique d'Europe marque un tournant dans l’offensive russe :

Publicité

« C'est une guerre de terreur contre l'Ukraine, a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky après l'attaque. Il n'y avait pas de cibles militaires sur la place – ni dans les quartiers résidentiels de Kharkiv qui sont sous le feu des roquettes d'artillerie ».

« Ce n'est pas une opération militaire, mais une guerre qui vise à tuer le peuple ukrainien », a ajouté le maire de Kharkiv Igor Terekhov dans une vidéo publiée sur son profil Facebook.

L'attaque meurtrière dans une zone non-militaire, qualifiée de « crime de guerre » par le président Zelensky, signale une intensification des tactiques russes mais efface également tous les efforts diplomatiques de ces derniers jours entre l'Ukraine et la Russie visant à stopper l'invasion russe.

À lire aussi : "C'est un cauchemar" : les musiciens ukrainiens tremblent pour leur pays et leur famille