Publicité

Le concours de chef d'orchestre Svetlanov lance sa 5ème édition

Par
Les organisateurs ont présenté les contours du concours ce mardi depuis la Fondation Chostakovitch à Paris
Les organisateurs ont présenté les contours du concours ce mardi depuis la Fondation Chostakovitch à Paris
© Radio France - Louis-Valentin Lopez

Les 18 candidats retenus dirigeront l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo début juin. Un concours à la tonalité un peu particulière, 20 ans après la disparition d'Evgeny Svetlanov, et dans le contexte de l'invasion russe en Ukraine.

"Pour la première fois en cinq ans, j’ai eu des difficultés à choisir", confie René Koering, le directeur artistique du concours. C'est dire le niveau relevé de cette cinquième édition du Concours International de Chefs d'Orchestre Evgeny Svetlanov, dont les organisateurs ont présenté les contours ce mardi depuis la Fondation Chostakovitch à Paris. Ces derniers ont dû départager pas moins de 330 candidatures, de chefs d’orchestre âgés de 21 à 40 ans, de cinquante nationalités différentes.

"Cela représente exactement 724 vidéos à regarder, je vous raconte pas le plaisir !", lâche René Koering le directeur artistique. "Une chose est étonnante : il n’y a plus les extraordinaires phénomènes qui s’étaient présentés à la première édition du concours, des chefs d’orchestre de 'salle de bain' . Il y a certes toujours les 'as du kung-fu', dont on a l’impression qu’ils en veulent à quelqu'un dans l’orchestre. Mais pour la première fois, j’ai eu des difficultés, car ils étaient beaucoup plus de dix-huit à qui l'on avait envie de confier un orchestre."

Publicité

À lire aussi : Concours International de Chefs d’orchestre Evgeny Svetlanov 2018

Un Français dans la sélection

À l'issue des sélections difficiles, dix-huit candidats, âgés de 23 à 38 ans, ont donc été retenus. L'Estonien Henri Christopher Aaavik, 27 ans, qui a déjà dirigé Casse-Noisette à l'Opéra National d'Estonie. La Coréenne Yeo Ryeong Ahn, 30 ans, qui a récemment participé au concours La Maestra à Paris. Le chef israëlo-ukrainien Tiran Nikohosyan, le Russo-canadien Evgenii Sakmarov, et un Français : Samy Rachid, 29 ans, violoncelliste de formation, qui triomphe dernièrement avec une baguette. Ils dirigeront lors des épreuves l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo.

Les chefs d'orchestre seront départagés par un jury exigeant, présidé par Pinchas Steinberg, chef principal de l’Orchestre symphonique de la Radio de Vienne et chef invité principal de l’Opéra de Vienne, qui vient de diriger Manon Lescaut avec le Philharmonique de Monte-Carlo. Ce dernier sera secondé d'Anthony Fogg, Tatjana Kandel, Daishin Kashimoto, Dmitri Liss, David Whelton et Kazuki Yamada. Les épreuves éliminatoires se dérouleront en huis-clos début juin à l’Auditorium Rainier III de Monaco, et l’épreuve finale, ouverte au public, se tiendra le 5 juin.

"Le monde a besoin d'un petit peu d'espoir"

Un concours à la tonalité particulière cette année, 20 ans après la disparition du maestro, et dans le contexte d'invasion russe en Ukraine. "Ce cinquième concours vient à un moment où le monde est complètement chamboulé et a besoin d’un petit peu d’espoir, d’espoir pour les futures générations", estime Marina Bower, fondatrice et présidente du concours. "Svetlanov est certainement un immense musicien russe, mais ce n’est pas juste un musicien russe, c’est un immense musicien tout court : il a fait découvrir au monde entier des oeuvres inconnues."

Le premier prix, décerné par le jury, sera doté de 20,000 euros. Les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo voteront aussi pour leurs finalistes favoris, qui seront invités pour diriger un concert dans les saisons 2023-2024. Un prix du public sera également décerné.

À lire aussi : Lio Kuok-man, lauréat du Concours Svetlanov 2014, invité à diriger l'Orchestre philharmonique de Radio France