Publicité

Partout dans le monde, des institutions et artistes russes mis au ban

Par
Le Royal Opera House de Londres a notamment annoncé avoir annulé des représentations du Bolchoï
Le Royal Opera House de Londres a notamment annoncé avoir annulé des représentations du Bolchoï
© Maxppp - Simon Daval

Le Met Opera de New-York, Covent Garden, la Philharmonie de Paris : les salles de concert prennent des mesures de boycott contre des artistes et formations musicales russes, en réponse à la guerre déclarée à l'Ukraine par Vladimir Poutine.

C'est l'une des conséquences de l'assaut lancé jeudi sur l'Ukraine par la Russie. Partout à travers le monde, des artistes et des formations musicales russes prestigieuses sont bannis des salles de concerts jusqu'à nouvel ordre. Ou, tout du moins, jusqu'à ce qu'ils prennent clairement position contre la guerre déclarée par le président russe Vladimir Poutine.

Au Met Opera de New-York, ce sont les artistes pro-Poutine qui sont directement ciblés, apprend-on de la bouche de son directeur général, Peter Gelb. "En tant qu'opéra international, le Met peut aider à sonner l'alarme et contribuer au combat contre l'oppression", explique ce dernier face caméra, dans une vidéo mise en ligne sur le site de l'institution :  "Alors que nous croyons fermement en l'amitié et dans les échanges entres artistes et institutions américaines et russes, nous ne pouvons plus nous engager avec des artistes ou des institutions qui soutiennent Poutine, ou sont soutenues par lui. Pas tant que l'invasion et les tueries n'auront pas cessées."

Publicité

Le Bolchoï et Mariinsky déprogrammés

De l'autre côté de l'Atlantique, le Royal Opera House de Londres a annoncé vendredi avoir annulé des représentations du Bolchoï prévues cet été. "Un saison estivale du ballet du Bolchoï au Royal Opera House en était aux étapes finales de planification. Malheureusement, compte tenu de la situation actuelle, la saison ne peut pas avoir lieu", indique Covent Garden dans un communiqué. Le directeur général du Théâtre Bolchoï Vladimir Urin a depuis signé une pétition et une lettre publique dénonçant la guerre en Ukraine.

En France, nous apprenons ce lundi soir que la Philharmonie de Paris a déprogrammé les concerts de l'Orchestre du Théâtre Mariinsky programmés les 9 et 10 avril avec Valery Gergiev, dans la grande salle Pierre Boulez.

"L’invasion de l’Ukraine par la Russie va amener la Cité de la musique – Philharmonie de Paris à modifier sa programmation ces prochains mois par solidarité avec le peuple ukrainien. Les informations précises sur l’ensemble des annulations et remplacements seront communiquées dans les tout prochains jours, en tenant compte des consignes qui seront données par le gouvernement" - Communiqué de la Philharmonie de Paris

À lire aussi : Ukraine : le monde de la musique réagit à la guerre en Europe

Musiciens ciblés

Certaines personnalités sont particulièrement visées. C'est le cas de Valery Gergiev, chef d'orchestre éminent et figure de la diplomatie d'influence de Vladimir Poutine, comme le détaillait ce lundi notre chroniqueur Antoine Pecqueur. L'artiste le mieux payé de Russie ne pourra pas se produire cette semaine à la Scala car il s'est abstenu de condamner l'invasion de l'Ukraine, a déclaré le maire de Milan. Valery Gergiev a été déprogrammé du Festival Dvorak de Prague, le Philharmonique de Munich et de Rotterdam menacent de rompre leurs contrats avec lui. Le Verbier Festival, en Suisse, a aussi demandé au maestro russe sa démission du poste de directeur musical, ce qu'il a accepté.

Valery Gergiev devait déjà diriger l'Orchestre Philharmonique de Vienne pour trois concerts au Carnegie Hall de New-York la semaine dernière, remplacé au pied levé par Yannick Nézet-Séguin. Pas de Carnegie Hall non plus pour le pianiste russe Denis Matsuev, soutien déclaré du président Poutine.

À lire aussi : Au Teatro Real de Madrid, le cadavre de Siegfried enveloppé dans le drapeau de l'Ukraine

Au Danemark, la soprano Anna Netrebko a dû annuler un récital au Musikhuset, sous la pression de la municipalité de la ville d'Aarhus. "Je suis contre cette guerre. Je suis russe, j'aime mon pays, mais j'ai un grand nombre d'amis ukrainiens, la douleur et la souffrance actuellement me brisent le cœur", a-t-elle tenu à souligner sur Instagram, souhaitant la fin prochaine de la guerre et que les gens puissent "vivre en paix". Elle a néanmoins déploré que les artistes soient poussés à donner leur opinion : "Cela devrait être un choix libre. Je ne suis pas une personne politique, je ne suis pas un expert en politique. Je suis un artiste et mon but est d’unir au-delà des clivages politiques."

Enfin, certains vont plus loin, en décidant de bannir les œuvres de compositeurs russes. L'Orchestre Philharmonique de Zagreb, en Croatie, a ainsi purement et simplement évincé jusqu'à nouvel ordre les œuvres de Tchaïkovski de son répertoire.

À lire aussi : "Je pars avec tristesse" : le directeur français du ballet du Théâtre Stanislavski démissionne