Publicité

Pavane de Gabriel Fauré par Martina Batič, une musique à partager

Par
Illustration d'une pavane dansée - "Egmont", drame lyrique d'Albert Wolff - 1866
Illustration d'une pavane dansée - "Egmont", drame lyrique d'Albert Wolff - 1866
- Adrien Marie - BNF Gallica

Martina Batič, cheffe invitée principale du Chœur de Radio France, dévoile les dessous de sa fascination pour la "Pavane" de Fauré, une œuvre qui l'a touchée dès son plus jeune âge. Une mélodie envoûtante capable, selon elle, d'apporter "un sentiment de paix et d'harmonie". Décryptage en vidéo.

Martina Batic et la mélodie de "Pavane"

Depuis la première fois où elle l’a entendue dans une classe de cours en Slovénie, son pays natal, Martina Batič est fascinée par cette mélodie, capable « d’apaiser l’âme » autant que d’apporter « un sentiment de paix ». Sentiment si nécessaire à notre époque, dans un monde « plein de difficultés, d’incompréhensions et même d’inquiétudes personnelles à propos de la Covid, de la politique et de la solitude ». Selon elle, l’air pensé par Fauré « vous accompagne pendant un bon moment » après l'avoir écouté.

De nombreuses versions

Dédiée à la comtesse Greffuhle, mécène de Gabriel Fauré, la « Pavane » est composée en 1887 pour un petit orchestre. L’année suivante, une version chorale voit le jour sur un texte écrit par Robert de Montesquiou-Fezensac, que Martina Batič qualifie de « désespérément romantique », mais qui se « marie très bien avec la musique ». De nombreuses versions seront écrites au fil des années – la majorité par Fauré lui-même. 

Publicité

Fauré disait qu’il ne faut pas que ce soit trop lent. Mais personnellement, je le préfère un peu plus lent. - Martina Batič

Un rythme à définir

A l’origine, la pavane est une danse de cour espagnole du XVIe siècle, caractérisée par sa lenteur et son aspect processionnel. Et ce rythme particulier demeure, pour la cheffe Martina Batič, l’un des défis principaux de sa direction musicale : « le tempo : rapide ou lent ? ». Des versions allant de « quatre à six minutes » se trouvent dans la multitude d’interprétations connues du morceau, témoignant de ce tempo fluctuant et personnel, et qui à lui seul peut changer son atmosphère.

À lire : VIDEO - Le Concerto pour piano n°3 de Beethoven par Alice Sara Ott, une musique à partager