David Irle - Marielle Rossignol
David Irle - Marielle Rossignol
David Irle - Marielle Rossignol
Publicité

Alors qu'une charte sur le développement durable a été remise mercredi à la ministre de la Culture lors des Etats généraux des Festivals, David Irle, co-auteur de l'ouvrage “Décarboner la culture” (Presses Universitaires de Grenoble), évoque ces nouveaux défis pour la filière culturelle.

A l'occasion des 3èmes Etats généraux des festivals, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a lancé une charte du développement durable. L'objectif : accompagner les manifestations artistiques pour qu'elles respectent davantage l'environnement. David Irle, auteur du livre Décarboner la culture, explique à l'antenne : "cette charte est une mise à jour d'une charte qui existait déjà, ce qui est intéressant c'est qu'elle définit des ambitions fortes, un peu nouvelles notamment en ce qui concerne les enjeux de mobilité", "elle définit des objectifs à cibler pour les festivals pour qu'ils s'engagent dans une logique de durabilité et d'éco-responsabilité"

Cette charte est un outil de transformation puissant car ses objectifs sont clairs, bien délimités et ambitieux, c'est une très bonne nouvelle que le Ministère se soit emparé de cette question de cette manière-là

Publicité

Des aides conditionnées à la signature de charte

En complémentarité du soutien qu’apportent déjà les autres partenaires publics et privés, à compter de 2022, l’Etat , accompagnera les festivals engagés dans le virage écologique, un système qui, selon David Irle "prend exemple sur le cinéma : le CNC qui a engagé un plan de transformation très intéressant".

David Irle estime qu'il n'est pas étonnant que le Ministère soumette cette charte aux Festivals en premier lieu "car les festivals ont toujours été pionniers en matière de développement durable".

"Il y a une forme d'engagement nécessaire pour les festivals car ils doivent s'engager sur au moins sur trois des objectifs listés par la charte dans les trois prochaines années"

Le ministère veut désormais accompagner des festivals de plus petite envergure

Une mesure capitale à en croire David Irle : "c'est important d'adapter la jauge de son festival aux ressources de son territoire (…) et il est beaucoup plus simple pour les petits festivals de mettre en place de la mobilité douce, de la proximité auprès des publics"

90% de l'empreinte carbone d'un festival sont liés à la mobilités des publics. Ce sujet est prioritaire si l'on veut respecter la trajectoire de l'accord de Paris

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain