Illustration pour la chronique du Fil de l'Actu
Illustration pour la chronique du Fil de l'Actu
Illustration pour la chronique du Fil de l'Actu - We Are
Illustration pour la chronique du Fil de l'Actu - We Are
Illustration pour la chronique du Fil de l'Actu - We Are
Publicité
Résumé

Christian Hugonnet, ingénieur acousticien et président fondateur de la Semaine du Son de l'UNESCO nous parle des dangers de la compression dynamique sonore et plus généralement de la santé auditive des professionnels du son et de la musique.

En savoir plus

La 19e édition de la Semaine du Son de l'UNESCO se tient du 6 janvier au 1er février 2022. Christian Hugonnet, son fondateur, nous rappelle ce qu'est un son compressé : arrivée dans les années 60, la compression a permis de mettre l'un à côté de l'autre deux instruments aux volumes sonores différents. Ainsi, le compresseur faisait remonter le niveau sonore d'une guitare au même niveau que celui d'une batterie, déclare t-il. L'ingénieur nous explique que depuis les années 1980-1990, les publicitaires se sont emparés de ce système "en écrasant le son pour le faire remonter vers le haut, pour le situer au dessus du bruit ambiant de la ville."

"On connaît les conséquences néfastes du bruit ou d'un signal très compressé sur le comportement humain." Christian Hugonnet

Publicité

Or, ces sons compressés nous exposent à des risques car, comme le déclare Christian Hugonnet, "ces sons stagnent toujours au même niveau et ne redescendent jamais, ainsi l'oreille et le cerveau n'ont plus de micro-silences qui leur permettent de respirer". Ainsi, à cause des sons compressés, "les cellules à l'intérieur de l'oreille interne ne peuvent pas se reposer ni se régénérer, elles s'atrophient et finissent par exploser".

De nombreux labels discographiques sont conscients de cette situation qui pose un problème sanitaire, mais qui pose aussi la question du respect de l'œuvre et du musicien. Dans le cadre de l'UNESCO, un Label Qualité a été imaginé avec Universal et l'IRCAM pour créer un comité scientifique qui évalue des critères objectifs de qualité sonore sur les albums, et qui sera mis en place à partir de janvier 2023. Cette démarche est un moment important de l'évolution discographique et de l'écoute selon Christian Hugonnet.

À lire aussi : Moteurs vrombissants et sirènes stridentes : comment en finir avec la pollution sonore ?

Références

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain