Dans son étude sur l’impact psychologique des conditions d’exercice des métiers du spectacle, l'INSAART tire la sonnette d'alarme sur la dépression des artistes
Dans son étude sur l’impact psychologique des conditions d’exercice des métiers du spectacle, l'INSAART tire la sonnette d'alarme sur la dépression des artistes
Dans son étude sur l’impact psychologique des conditions d’exercice des métiers du spectacle, l'INSAART tire la sonnette d'alarme sur la dépression des artistes ©Getty - Tatiana Soares / EyeEm
Dans son étude sur l’impact psychologique des conditions d’exercice des métiers du spectacle, l'INSAART tire la sonnette d'alarme sur la dépression des artistes ©Getty - Tatiana Soares / EyeEm
Dans son étude sur l’impact psychologique des conditions d’exercice des métiers du spectacle, l'INSAART tire la sonnette d'alarme sur la dépression des artistes ©Getty - Tatiana Soares / EyeEm
Publicité
Résumé

Les études se multiplient sur l’état de santé mentale des musiciens, qui semblent plus durement touchés par la dépression que le reste de la population. La faute aux conditions et horaires de travail, mais aussi au sentiment d’insécurité et à des situations parfois très précaires économiquement...

En savoir plus

Une étude publiée en décembre 2021 par l'INSAART (Institut de Soin et d'Accompagnement pour les Artistes et Techniciens) a révélé que 72% des professionnels du secteur musical présentent actuellement un état dépressif, contre 12% de la population française en général. Des chiffres alarmants, en partie dus au fait que l'étude ait été réalisée en pleine pandémie de Covid-19, entre novembre 2020 et mars 2021. Mais selon le docteur Emma Barron, psychiatre et membre fondateur de l'INSAART, "ces chiffres auraient été inquiétants même hors pandémie". Mais alors, comment expliquer de tels chiffres ? Emma Barron pointe l'impact des conditions de travail des artistes et professionnels du spectacle : le stress lié à l'insécurité de l'emploi, la rémunération, les horaires décalés et notamment le travail de nuit ou le week-end, le manque de sommeil, et enfin la consommation parfois trop importante d'alcool et de stupéfiants.

L'accès aux soins et la prise en charge psychologique des personnes souffrant de troubles dépressifs est selon le docteur Emma Barron encore difficile, en raison du manque de disponibilité des structures publiques, et des tarifs parfois inabordables dans le privé pour les plus précaires d'entre elles.
Toutefois pour la psychiatre, la parole des artistes se libère de plus en plus ces derniers temps sur ces questions ; on pense notamment au chanteur Stromae qui a évoqué son état dépressif dans sa nouvelle chanson lors du JT de télévision sur TF1. Le docteur Emma Barron salue ces initiatives qui viennent déstigmatiser la santé mentale en France, un sujet encore trop souvent tabou selon elle.

Publicité
Références

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain