Le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris ©AFP - Martin Noda
Le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris ©AFP - Martin Noda
Le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris ©AFP - Martin Noda
Publicité
Résumé

La direction du Conservatoire national de musique de Paris a décidé de suspendre à nouveau le professeur Jérôme Pernoo, alors que la réintégration du professeur était prévue ce vendredi à la suite d'une décision judiciaire. Louis-Valentin Lopez, journaliste à France Musique, apporte son éclairage.

avec :

Louis-Valentin Lopez (Journaliste).

En savoir plus

La guerre n'en finit pas entre le Conservatoire supérieur de Paris et le violoncelliste Jérôme Pernoo. Alors que la justice a ordonné au CNSM de Paris de réintégrer le professeur il y a une semaine, nous apprenons que la direction l'a suspendu à nouveau vendredi 10 décembre. Le conservatoire compte diligenter une seconde enquête interne sur les comportements de Jérôme Pernoo envers ses élèves. Retour sur cette affaire qui a débuté il y a six mois.

En juin 2021, un article du site d'information en ligne Mediapart révèle que Jérôme Pernoo a été mis à pied depuis le mois de mars par le Conservatoire supérieur de Paris, où il enseigne depuis 14 ans. Le conservatoire a été informé de deux signalements contre le professeur, pour des faits présumés d'agression sexuelle. La direction de l'établissement décide alors de lancer une enquête interne, confiée au groupe Egaé, une société privée dirigée par la militante féministe Caroline de Haas. Selon Mediapart, une enquête préliminaire a aussi été ouverte pour "agression sexuelle sur mineur".  Cinquante et une personnes sont entendues, certaines pointent des comportements jugés inappropriés par la direction. Au mois de juin, Jérôme Pernoo est convoqué au ministère de la Culture, où il passe devant une commission consultative paritaire qui se prononce pour un licenciement sans préavis ni indemnité.  Ce n'est finalement pas l'option retenue par le conservatoire : en septembre Jérôme Pernoo est "temporairement exclu" pour un an, avec retenue sur traitement, "dans une démarche d'apaisement", dit la direction.

Publicité

Deux rebondissements la semaine dernière

Premier rebondissement mardi 7 décembre : le juge des référés du tribunal administratif de Paris suspend la sanction du Conservatoire. France Musique s'est procurée l'ordonnance de justice qui note que l'utilisation de "propos inadaptés" et qu'une "attitude inappropriée" de Jérôme Pernoo durant ses cours peuvent "être regardées comme établies". De quoi parle-t-on ? Du recours à des surnoms, de phrases à connotation sexuelle, "notamment sous forme de contrepèteries", et des  "contacts physiques réguliers" qui incluent "des bises et des accolades fréquentes." Ces griefs peuvent être considérés comme "graves" dit le juge. Mais il considère aussi que la suspension est "disproportionnée", qu'elle prive Jérôme Pernoo de toute ressource financière, et porte atteinte à sa réputation. La décision de justice pointe aussi "l'ancienneté de certains faits", évoque le "manque d’impartialité de l’enquête administrative" et aussi "l’irrégularité de la composition du conseil de discipline". Et enfin, un deuxième retournement de situation a lieu ce vendredi 10 décembre : Jérôme Pernoo reçoit un courrier dans lequel il apprend sa réintégration... et sa nouvelle suspension, de 4 mois maximum, qui prend effet immédiatement. Le conservatoire veut en effet mener une seconde enquête interne, confiée à une autre structure que celle ayant réalisé la précédente.

Références

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain