CIRM de Nice: la violoniste Anaïs Tran Ngoc joue "Le Tour du Monde en Réalité Mixte" de Romina Romay
CIRM de Nice: la violoniste Anaïs Tran Ngoc joue "Le Tour du Monde en Réalité Mixte" de Romina Romay
CIRM de Nice: la violoniste Anaïs Tran Ngoc joue "Le Tour du Monde en Réalité Mixte" de Romina Romay - Capture d'écran - page Facebook du CIRM
CIRM de Nice: la violoniste Anaïs Tran Ngoc joue "Le Tour du Monde en Réalité Mixte" de Romina Romay - Capture d'écran - page Facebook du CIRM
CIRM de Nice: la violoniste Anaïs Tran Ngoc joue "Le Tour du Monde en Réalité Mixte" de Romina Romay - Capture d'écran - page Facebook du CIRM
Publicité
Résumé

Installé à Nice depuis 1978, le CIRM est l’un des huit centres nationaux de création musicale ayant été labellisé par le ministère de la Culture. Il réunit des compositeurs, des musiciens mais aussi des chercheurs et des ingénieurs du son, et organise chaque année un festival de musique, le Manca.

En savoir plus

Et si l’un des 8 centres nationaux de création musicale venait à disparaître ? C’est bien ce qui effraie le SMC, le syndicat français des compositeurs. Dans un communiqué publié ce mercredi 25 janvier, le syndicat se joint à 8 autres acteurs de la création musicale pour alerter sur la future fermeture du centre musical niçois.
L’annonce n’est pas encore officielle mais l’avenir du Centre semble en effet plus qu’incertain : la région, le département et la ville se désengageant de leurs financements.
Comme indiqué dans le communiqué, c’est un secteur déjà sujet à de nombreuses difficultés qui est touché, tandis que "nous militons pour que ces centres se développent pour faire rayonner davantage la musique de création sur le territoire" nous confie Samuel Sighicelli, président du SMC.

"C’est tout l’écosystème de la création musicale qui est remis en question"

Cette annonce a été un coup dur pour les équipes du Centre international de recherche musicale à Nice, qui doivent en plus faire face à une crise interne accentuée par la démission de sa directrice nommée au printemps dernier. "Une crise interne ne peut pas expliquer la fermeture d’un centre qui existe depuis 40 ans" s'émeut Samuel Sighicelli.  
Toutefois, le président du SMC peut compter sur le ministère de la Culture qui semble disposer à mettre ce dossier au centre de leurs priorités, une rencontre est d’ailleurs prévue dans les prochains jours entre les représentants du secteur et l’Etat. Mais selon Samuel Sighicelli, "le ministère se retrouve devant le fait accompli" et ne semble pas avoir son mot à dire sur la potentielle fermeture d’un centre musical comme celui de Nice. En effet, ce sont exclusivement les collectivités locales qui s’occupent de ce réseau et comme indiqué dans le communiqué "_une décision de fermeture initiée au niveau local ne devrait pas avoir de telles conséquences sur la politique publique national_e".

Publicité

À lire aussi : À Nice, l’Elektronizza Orkestra électrise le conservatoire

À lire aussi : Les compositeurs signent une charte pour défendre la création musicale

Références

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain