Concert donné à Paris le 21 juin 1982, lors de la première Fête de la musique
Concert donné à Paris le 21 juin 1982, lors de la première Fête de la musique
Concert donné à Paris le 21 juin 1982, lors de la première Fête de la musique ©AFP - STF
Concert donné à Paris le 21 juin 1982, lors de la première Fête de la musique ©AFP - STF
Concert donné à Paris le 21 juin 1982, lors de la première Fête de la musique ©AFP - STF
Publicité
Résumé

Retour sur la naissance de la Fête de la musique avec Philippe Krümm, journaliste et ancien collaborateur du Ministère de la culture, qui a participé il y a tout juste 40 ans à la création de cet événement devenu planétaire.

En savoir plus

Rendez-vous musical et festif incontournable en France mais aussi à l'étranger, la Fête de la musique a été imaginée en 1982 sous la houlette de Maurice Fleuret, alors directeur de la musique et de la danse au auprès de Jack Lang au Ministère de la culture. Philippe Krümm, qui y travaillait à l'époque en tant que chargé de mission, nous raconte comment a été pensée la Fête de la musique il y a 40 ans : "c'était une période euphorique ! L'arrivée de Jack Lang permettait une ouverture incroyable sur toutes les musiques, et l'un des conseillers Christian du Pavillon avait suggéré que les gens descendent de chez eux vers 20h30 avec un instrument de musique et jouent un air, l'idée étant de promouvoir la pratique amateur de la musique." Le titre trouvé par Maurice Fleuret allait lui-même dans ce sens, "fête de la musique" pouvant aussi être entendu "faites de la musique". Jack Lang, au départ peu enthousiaste, est néanmoins amusé par le projet comme nous l'explique notre invité : "Maurice Fleuret est vraiment quelqu'un qui poussait la pratique musicale, et Jack Lang a permis tout ça car à l'époque tout était possible, les budgets étaient conséquents etc,. mais moi quand je pense à la fête de la musique je pense toujours à Maurice Fleuret."

Cette première édition de 1982 fut plutôt modeste raconte Patrick Krümm, "mais on a senti qu'il y avait quelque chose, un frémissement, une envie de musique et une envie pour les musiciens de jazz, de rock, de musiques traditionnelles de se montrer !" Cependant, s'il salue le côté festif et populaire qu'a gardé la Fête de la musique 40 ans après, notre invité déplore qu'elle ne soit pas restée très fidèle à l'esprit des premières éditions : "dès la troisième année la Fête de la musique a été victime de son succès, on a vu apparaître les grosses machines, les grandes scènes professionnelles avec des artistes qui attiraient beaucoup de monde, et ce n'était pas l'esprit de la fête de la musique." Mais il reconnait que cet événement a été très utile pour servir la diplomatie culturelle de la France : "Dès le départ des pays ont tendu l'oreille, il y avait des émissaires qui venaient y assister, c'est vrai que cela donne une jolie image de la France, vue comme un pays dans lequel les gens sortent de chez eux pour jouer de la musique..."

Publicité
Références

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain