Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847)
Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847)
Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847) ©Getty -  Peinture d'Eduard Magnus
Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847) ©Getty - Peinture d'Eduard Magnus
Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847) ©Getty - Peinture d'Eduard Magnus
Publicité
Résumé

De magnifiques lieder pour chœur a cappella de Mendelssohn : un îlot de bonheur serein au milieu d'un 19ème siècle romantique et tourmenté.

En savoir plus

Saskia de Ville : Marc-Olivier, ce matin de quel genre de musique allez-vous partager avec nous ?

Marc-Olivier Dupin : j’aimerai vous faire entendre des musiques heureuses, en l’occurrence des lieder pour chœur de Felix Mendelssohn. Et pour commencer _Der Glückliche (e_xtrait de l'opus 88).

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Saskia de Ville : L’œuvre de Mendelssohn est considérable mais a t-il beaucoup écrit pour chœur ?

Marc-Olivier Dupin : Oui, énormément ! beaucoup d’œuvres d’inspiration religieuse, telles que des oratorios, des psaumes, des cantates. Mais aussi plusieurs magnifiques cycles de lieder pour chœur a cappella, trop peu connus.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Saskia de Ville : En quoi trouvez-vous que c’est une musique heureuse ?

Marc-Olivier Dupin : Bon, il s’appelait Félix – heureux en latin… - c’est une prédisposition, non ? Par ailleurs, et plus sérieusement, ces lieder pour chœur sont souvent des musiques sans les messages torturés du romantisme douloureux de son époque : écolo avant l’heure, il aime chanter simplement la nature. Il est en quelque sorte l’exception à la phrase de Balzac : « le bonheur ne se raconte pas ». Mendelssohn exprime le bonheur en utilisant un vocabulaire musical simple, un sage contrepoint et une écriture vocale très agréable à chanter.

Saskia de Ville : vous le trouvez trop sage ?

Marc-Olivier Dupin : oui, par rapport au Romantisme allemand qui emportera tout le siècle dans l’extraordinaire tourbillon des passions, de Schubert, Schumann à Wagner et bien d’autres. Mais il y a dans ces lieder pour chœur une candeur et une naïveté sincèrement touchante. Un immense répertoire à redécouvrir et faire entendre !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Saskia de Ville
Production
Marc-Olivier Dupin
Marc-Olivier Dupin
Félix Levacher
Réalisation