Hèctor Parra & Nicolas Crosse
Hèctor Parra & Nicolas Crosse
Hèctor Parra & Nicolas Crosse ©Radio France - Amélie Burnichon
Hèctor Parra & Nicolas Crosse ©Radio France - Amélie Burnichon
Hèctor Parra & Nicolas Crosse ©Radio France - Amélie Burnichon
Publicité
Résumé

Dans nos brèves sonores cette semaine, les "Cinq Fleurs" pour contrebasse du compositeur catalan Hèctor Parra, incarnées par Nicolas Crosse.

En savoir plus

« Cinq Fleurs pour contrebasse » de Hèctor Parra Nicolas Crosse (contrebasse) 
Création enregistrée le 25 janvier 2022, Salle Colonne - Paris

Diffusion intégrale et portrait du compositeur

Création mondiale se présente ce soir comme un double portrait : celui du compositeur catalan Hèctor Parra et celui du contrebassiste Nicolas Crosse pour qui les Cinq Fleurs pour contrebasse ont été imaginées.

Publicité

Les deux musiciens se connaissent depuis quelques années déjà. Nicolas Crosse, qui a un jeu puissant et contrasté, a déjà joué plusieurs fois la musique d’Hector Parra au sein de l’Ensemble Intercontemporain, dont il est contrebassiste solo.Ils se sont retrouvés cet hiver pour donner naissance à ces cinq Fleurs surprenantes, mi-humaines, mi-animales, inspirées par les récits de Merce Rodoreda, magnifique romancière catalane qui a déjà inspiré à Hèctor Parra plusieurs partitions. Les Fleurs de Rodoreda (Voyages et Fleurs, édition française - La Brèche) sont aussi des portraits à leur manière.

Chaque jour de la semaine sur France Musique, le compositeur nous a livré sa lecture, sa vision de cinq d’entre elles (la romancière en a conçu 38 !)

Une coda inédite

Pour l’émission de ce soir, Hèctor Parra a ajouté une coda aux Cinq Fleurs : une page très calme qui tranche avec la violence des précédentes, dans laquelle la contrebasse sonne comme une boîte à musique : Fleur malade !

La violence en filigrane

La violence est un trait de caractère fréquent dans la musique d’Hèctor Parra. On pourrait d’ailleurs s’étonner du double paradoxe de ces Fleurs pour contrebasse, jusque dans leur titre. Paradoxe dans l’association de l’image de la fleur et celle de la contrebasse. Paradoxe dans la violence qui se dégage de chacune des fleurs imaginées par Merce Rodoreda.

Dans cette émission, nous revenons sur ce trait fréquent dans l’imaginaire du compositeur, que ce soit dans ses opéras (Les Bienveillantes, Wilde) ou dans une pièce récente créée à Paris par l’Ensemble Intercontemporain et le Remix Ensemble, Mort i primavera, encore une fois inspirée par un récit de Merce Rodoreda.

On retrouvera bientôt cette violence dans le nouvel opéra d’Hector Parra inspiré par la pièce « Orgia » de Pier Paolo Pasolini

Par amour du dessin

Les partitions d’Hèctor Parra trahissent son amour du dessin et du graphisme. Hèctor Parra a toujours dessiné, depuis l’enfance. Sa résidence actuelle de compositeur à la Villa Médicis à Rome le comble. Il peut passer de longues heures dans les musées, les églises, et dans les rues de Rome, véritable musée à ciel ouvert !Il dessine aussi. En lisant sa partition des Fleurs pour contrebasse, j’ai été sensible à ce sens de la ligne, du graphisme.

Programmation musicale : oeuvres d’Hèctor Parra

  • opéra "Les Bienveillantes"
    Librettiste: Händl Klaus
    Direction: Peter Rundel
    Mise en scène : Calixto Bieito
    Chef de choeur: Jan Schweiger
    Maximilian Aue: Peter Tantsits 
    Una von Üxküll-Aue: Rachel Harnisch
    Héloïse Moreau (mère): Natascha Petrinsky 
    Aristide Moreau (beau-père): David Alegret
    Orchestre : Symfonisch Orkest Opera Vlaanderen
    Choeur : Koor Opera Vlaanderen
  • opéra « Wilde » 
    Librettiste : Händl Klaus
    Conductor: Peter Rundel
    Mise en scène : Calixto Bieito
    Iris: Lini Gong
    Orchestre : Sinfonieorchester Stuttgartdes SWR
  • Breathing (2015) pour choeur mixte, 12 voix / Poèmes de Jaume Plensa
    Première : Vocalconsort Berlin
    James Wood, direction. 
    Semana de Música Religiosa de Cuenca, 26.03.2016. Cuenca, Espagne.
  • Cell (Arch of Hysteria), pour piano
    Soliste : José Menor, pour RNE/Radio 2 Clásica
  • La mort i la primavera, tableaux pour un ballet imaginaire d'après le roman éponyme inachevé de Mercè Rodoreda
    Pour deux ensembles et deux chefs Commande de l'Ensemble Intercontemporain et de la Casa da Música PortoRemix Ensemble & Ensemble Intercontemporain, Peter Rundel & Lucie Leguay chefs.Philharmonie de Paris (26 janvier 2022)
Références

L'équipe

Anne Montaron
Anne Montaron
Anne Montaron
Production
Françoise Cordey
Réalisation
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Marjolaine Portier-Kaltenbach