« Balades oniriques » de Farnaz Modarresifar (5/5)

Farnaz Modarresifar & Le Collectif G
Farnaz Modarresifar & Le Collectif G - Toyamai
Farnaz Modarresifar & Le Collectif G - Toyamai
Farnaz Modarresifar & Le Collectif G - Toyamai
Publicité

« Balades oniriques », c’est le titre de la suite de miniatures imaginée par la compositrice iranienne et santouriste Farnaz Modarresifar pour nos programmes et pour le collectif G.

« Balades oniriques » pour voix et ensemble instrumental de Farnaz Modarresifar 
Collectif G : Marie Soubestre (soprano), Amélie Raison (soprano), Maroussia Gentet (piano), Apolline Kirklar (violon) Eve Payeur (percussions), Farnaz Modarresifar (santur)
Enregistré le 23 avril à Radio France – Auditorium

V

La résonance est le halo dans lequel baignent littéralement les Balades oniriques de la compositrice Farnaz Modarresifar  toute cette semaine : résonances du santour, la cithare sur table persane, à l’intérieur du piano, et qui se prolongent aux instruments (le violon, la percussion)

Publicité

S’il est un instrument résonant justement, c’est la cloche jouée par la percussionniste Eve Payeur , omniprésente dans ces Balades oniriques . C’est autour de la cloche que se joue cette cinquième miniature. Les voix graves de Marie Soubestre et Amélie Raison se font entendre une dernière fois dans un autre poème de Farnaz Modarresifar :

Comme les poissons morts sur la robe d'une belle femme
et comme la bârân (pluie) sur la soif du roude (fleuve)
et comme un nuage en choub (bois)
Sur l'oiseau malade

Création Mondiale : l'intégrale
30 min

L'équipe