Tour Saint Romain de la cathédrale de Rouen (Normandie).
Tour Saint Romain de la cathédrale de Rouen (Normandie).
Tour Saint Romain de la cathédrale de Rouen (Normandie). ©Radio France - Nathalie Moller
Tour Saint Romain de la cathédrale de Rouen (Normandie). ©Radio France - Nathalie Moller
Tour Saint Romain de la cathédrale de Rouen (Normandie). ©Radio France - Nathalie Moller
Publicité
Résumé

Les carillons installés en haut de nos cathédrales et églises ne servent pas uniquement à sonner l'heure : ils sont aussi de véritables instruments de musique ; avec leur histoire, leur répertoire et leur technique de jeu.

En savoir plus

La cathédrale de Rouen possède un carillon d'exception : une centaine de cloches accrochées au sommet de la tour Saint Romain, une cabine suspendue pour le carillonneur ainsi qu'un clavier d'étude, pour les cours et les répétitions. 

Objet patrimonial pour la ville, le carillon peut être visité en petit groupe, le samedi, avant que ne soient sonnés les douze coups de midi.  Découverte de l'instrument en compagnie de Patrice Latour, carillonneur titulaire de la cathédrale de Rouen et président de la Guilde des carillonneurs de France

Publicité
La cabine du carillonneur de la cathédrale de Rouen, suspendue à 30,5 mètres au-dessus du sol.
La cabine du carillonneur de la cathédrale de Rouen, suspendue à 30,5 mètres au-dessus du sol.
© Radio France - Nathalie Moller

« Le carillon est une vieille tradition, apparue au XVIe siècle, une tradition flamande, explique Patrice Latour. A l'origine, ce sont des cloches, et avant que n'apparaissent les sirènes et les SMS, c'était le carillon qui annonçait l'ouverture des portes de la ville, les heures de travail, les incendies, les maladies... Et puis le nombre de cloches utilisées a augmenté ; et on a fini par relier les cloches à un clavier pour pouvoir jouer des mélodies. »

A Rouen, ce sont 64 cloches qui peuvent être actionnées depuis le clavier ; et le répertoire pouvant être interprété par les carillonneurs est ainsi très varié : « Il y a les œuvres originales pour carillon, bien sûr, plus que ce qu'on ne croit d'ailleurs. Beaucoup d'oeuvres dont on hérite du XVIe et XVIIe siècle. Mais il y a aussi toutes les transcriptions : on peut adapter des airs d'opéra, de la musique pour clavecin... Ainsi que le répertoire vocal : des mélodies populaires, des chants profanes ou religieux... » 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

De la musique, de grandes œuvres... mais qu'en est-il des heures ?  Il y a en fait trois types de cloches dans un carillon : le carillon à clavier qui correspond à l'instrument de musique, les cloches de volées que l'on actionne par un simple balancement et qui annoncent, par exemple, le début d'une cérémonie ; et les ritournelles, de courtes mélodies programmées pour être jouées à heure fixe, tout au long de la journée. 

Si les ritournelles étaient autrefois gravées sur de grands tambours, dont le mécanisme ressemble à s'y méprendre à celui d'une boîte à musique, elles sont aujourd'hui réglées et lancées par une horloge électronique. 

Ancien tambour du carillon de Rouen.
Ancien tambour du carillon de Rouen.
© Radio France - Nathalie Moller

A Rouen, on peut observer le vieux tambour du carillon au 1er niveau de la tour Saint Romain, bien que celui-ci ne soit plus en utilisation. A près de 30 mètres de hauteur, Patrice Latour nous fait également découvrir le clavier d'étude et la cabine du carillonneur avec, à la clef, un début de concert (qu'il vaut mieux finir d'écouter en bas, dans le jardin d'Albane, car le carillon est un instrument qui se doit d'être entendu de l'extérieur). 

Rouen n'est évidemment pas la seule ville à bénéficier d'un carillon : Perpignan, Dunkerque, Douai, Bordeaux, Paris... Toutes ces cités et bien d'autres possèdent elles-aussi leurs cloches, et les Journées Nationales du Carillon (13 et 14 octobre 2018) sont l'occasion de découvrir cet instrument méconnu et patrimonial : visites, animations et concerts sont organisées tout au long du week-end. 

Références

Programmation musicale

  • 08h35
    SMETANA Trio en sol min op 15 T 64 : 2. Allegro ma non agitato
    SMETANA Trio en sol min op 15 T 64 : 2. Allegro ma non agitato
    BEDRICH SMETANA
    SMETANA Trio en sol min op 15 T 64 : 2. Allegro ma non agitato

    Interprètes BEDRICH SMETANA, GILLES PERCEVAL

    Album Smetana et Dvorak : Trios avec piano (2013)
    Label HÄNSSLER CLASSIC (CD 98.015)

L'équipe

Nathalie Moller
Production