Cécile Ousset
Cécile Ousset
Cécile Ousset - *
Cécile Ousset - *
Cécile Ousset - *
Publicité
Résumé

Née à Tarbes en 1936, Cécile Ousset dernière donne à entendre, dès le plus jeune âge, une aptitude particulière. Cette semaine, nous revenons sur la carrière de la pianiste et nous nous replongeons dans sa discographie grâce au coffret paru chez Warner en avril dernier.

En savoir plus

Enfant, Cécile Ousset étudie avec Marcel Ciampi au Conservatoire de Paris où elle obtient un premier prix à l'âge de quatorze ans. À propos de l'enseignement de Ciampi. Trois ans après avoir remporté son premier prix, Ousset remporte le premier de ses nombreux prix au Concours Claire Pagès. Sa quatrième place au Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud a conduit Arthur Rubinstein, membre mécontent du jury, à organiser quelques premiers récitals à Paris pour Ousset, où elle a fait ses débuts professionnels à la Salle Gaveau. Au Concours de Genève et au Concours Busoni, Ousset a été co-lauréat du deuxième prix où aucun premier prix n'a été attribué. Si elle se produit ensuite avec de nombreux orchestres français, ce n'est qu'au début des années 1980 que la carrière d'Ousset décolle vraiment. Le tournant fut au Festival d'Edimbourg de 1980 où elle remplaça au pied levé une Martha Argerich indisposée. Après cela, Ousset était en demande continue dans le monde entier.

Après ses débuts en Grande-Bretagne et en Amérique, la pianiste a joué avec plusieurs des plus grands orchestres du monde en Europe, en Russie, en Amérique, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Hong Kong, au Japon et en Afrique du Sud. Elle a travaillé régulièrement avec le chef d'orchestre Kurt Masur et en Grande-Bretagne avec Simon Rattle dont elle a prophétiquement fait la remarque en 1985 : « Je suis sûr qu'il a un avenir formidable.
Elle est souvent décrite comme une joueuse forte et puissante. Elle s'est amusée à aborder les plus grandes œuvres du répertoire romantique de Rachmaninov, Tchaïkovski, Liszt et Saint-Saëns ; mais a également joué Messiaen et Dutilleux, et plus tôt dans sa carrière a joué Mozart et Beethoven. Elle aimait apprendre chaque année une nouvelle œuvre majeure et se constituer ainsi un large répertoire. Au cours des années 1980 et 1990, Ousset a travaillé sans relâche, donnant en 1987 cinq récitals de musique française au Barbican de Londres, mais en 2001, elle a décidé de se retirer de la plate-forme de concert en raison de problèmes de dos. Elle aime toujours siéger à des jurys de concours de piano dans le monde entier et donner des master-classes.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il est surprenant de constater qu'Ousset, avec sa panoplie de prix de concours, n'a été approchée par une maison de disques qu'à l'âge de vingt-neuf ans. Eterna en Allemagne n'a sorti qu'un seul LP, de la musique de Mozart, uniquement en Allemagne. Six ans plus tard, en 1971, Ousset commence à enregistrer pour Decca en France. Ousset a commencé une association avec EMI en 1982, au cours des huit années suivantes, enregistrant une grande quantité de musique. Parmi les enregistrements en solo, un disque couplant les Tableaux d'une exposition de Moussorgski et Gaspard de la nuit de Ravel était le premier d'Ousset pour EMI et un critique a commenté son jeu de Scarbo , notant que '… la facilité et la relaxation complètes avec lesquelles Ousset se débarrasse de son exorbitant difficultés est incroyable. EMI lui fait alors enregistrer une bonne partie du répertoire français, dont un disque de courtes pièces de compositeurs français, l'intégrale des préludes de Debussy, Pour le piano , L'Isle joyeuse , Images , Arabesques et la Suite Bergamasque . Si certains préludes sont impressionnants, comme Feux d'artifice et Ménestrels , les critiques ont trouvé l'ensemble plutôt lourd et rigide. Ravel était représenté par les Valses nobles et sentimentales , la Sonatine, Jeux d'eau et des pièces plus courtes, mais le meilleur des enregistrements de Ravel est celui des Miroirs .

Bien qu'il y ait beaucoup à admirer dans les enregistrements d'Ousset du répertoire français et de Chopin, dans les œuvres plus ouvertement romantiques, elle utilise des tempos délibérés et rigides résultant en des interprétations solides qui peuvent manquer d'excitation et de tension. Cependant, à son meilleur, son jeu est livré avec une intelligence musicale et un bon goût.

Références

Programmation musicale

  • 10h25
    Jeux d'eau
    Jeux d'eau
    Maurice Ravel (Compositeur)
    Jeux d'eau

    Cecile Ousset

    Album Ravel : Valses nobles et sentimentales (1990)
    Label EMI (7499422)
  • 10h31
    Miroirs : 1. Noctuelles
    Miroirs : 1. Noctuelles
    Maurice Ravel (Compositeur)
    Miroirs : 1. Noctuelles

    Cecile Ousset

    Album Ravel : Valses nobles et sentimentales (1990)
    Label EMI (7499422)
  • 10h36
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Allegro
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Allegro
    Maurice Ravel (Compositeur)
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Allegro

    Simon Rattle (Chef d'orchestre), Cecile Ousset, Orchestre Symphonique De La Ville De Birmingham

    Album Ravel : Concertos pour piano (1991)
    Label EMI (7541582)
  • 10h41
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Tempo I
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Tempo I
    Maurice Ravel (Compositeur)
    Concerto pour piano en Ré Maj M 82 (Pour la main gauche) : Tempo I

    Simon Rattle (Chef d'orchestre), Cecile Ousset, Orchestre Symphonique De La Ville De Birmingham

    Album Ravel : Concertos pour piano (1991)
    Label EMI (7541582)

L'équipe

Rodolphe Bruneau-Boulmier
Rodolphe Bruneau-Boulmier
Emilie Munera
Emilie Munera
Emilie Munera
Production
Lisa Creppy
Collaboration