Friedrich Gulda, 1995
Friedrich Gulda, 1995
Friedrich Gulda, 1995 ©Getty - Ullstein Bild
Friedrich Gulda, 1995 ©Getty - Ullstein Bild
Friedrich Gulda, 1995 ©Getty - Ullstein Bild
Publicité
Résumé

On parle d'un homme qui envoie un fax à la presse pour annoncer sa propre mort, qui fête sa résurrection lors d'une soirée techno et qui s'éteindra le 27 janvier 2000, le jour de l'anniversaire de Mozart. Ironie du sort ? Cette semaine, zoom sur ce pianiste hors du commun !

En savoir plus

Friedrich Gulda voit le jour en 1930 à Vienne. Ville avec laquelle il entretenait des rapports sinueux : il y vivait, en parlait le dialecte mais dénonçait son nationalisme et en niait l'esthétisme d'interprétation trop conservateur selon lui.  Il étudie le piano au Conservatoire Grossmann puis en privé avec Felix Pazofski. Dès 1941, il est admis à l'Académie de musique de Vienne et en 1946, à 16 ans, il remporte le prestigieux Concours international d'exécution musicale de Genève. Quatre ans plus tard, il triomphe au Carnegie Hall de New-York. Sa carrière est lancée.

Cependant, début des années 60, il renonce au confort de son activité de pianiste classique traditionnel et ce malgré sa carrière internationale fulgurante. Après avoir été un spécialiste du répertoire classique et romantique (son nom est associé à celui de Beethoven et celui de Mozart), Gulda se tourne vers le Jazz.

Publicité

C'est alors qu'il propose des mélanges incongrus lors de ses concerts (voire grossiers et choquants pour certains). On pouvait y entendre un impromptu de Schubert, une nocturne de Chopin entrecoupés de morceaux jazz de sa propre composition ou de longues improvisations sur un thème de Thelonious Monk.  Gulda provoque, revoit les codes établis. Gulda agace, Gulda choque aussi. En 1970, il renonce à l'anneau du bicentenaire de Beethoven que lui décerne l'Académie de musique de Vienne. Avec sa femme, il se présente nu (tous les deux) devant les écrans de télévision pour interpréter L'amour et la vie d'une femme de Robert Schumann. Scandale et affirmation d'une liberté personnelle repoussant les limites de la bienséance !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est corps et âme que le musicien, surnommé "le pianiste terroriste", a défendu la liberté en s'affranchissant des limites. Cet aspect de sa personnalité n'a jamais touché ni les amateurs de musique classique, trop déconcertés, ni le grand public et encore moins les amateurs de jazz pour qui sa touche et son sens du rythme n'étaient pas assez émancipés des contraintes du métronome.  Il n'en reste pas moins que Friedrich Gulda marque son époque et reste considéré comme l'un des plus grands interprètes de son siècle.

À réécouter : Friedrich Gulda, un classique au tempérament original

Références

Programmation musicale

  • 10h30
    Le clavier bien tempéré Livre I BWV 846 à 869 : Prélude et Fugue pour piano en Ut dièse Maj BWV 848
    Le clavier bien tempéré Livre I BWV 846 à 869 : Prélude et Fugue pour piano en Ut dièse Maj BWV 848
    Jean Sebastien Bach
    Le clavier bien tempéré Livre I BWV 846 à 869 : Prélude et Fugue pour piano en Ut dièse Maj BWV 848

    Interprètes Friedrich Gulda

    Album Friedrich Gulda : Complete Decca Recordings / CD 39 à 41 (2021)
    Label Decca (4851489/1490/1491)
  • 10h34
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 1. Allegro
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 1. Allegro
    Jean Sebastien Bach
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 1. Allegro

    Interprètes Paul Angerer, Friedrich Gulda

    Album Friedrich Gulda : Complete Decca Recordings / CD 39 à 41 (2021)
    Label Decca (4851489/1490/1491)
  • 10h39
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 2. Andante
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 2. Andante
    Jean Sebastien Bach
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 2. Andante

    Interprètes Paul Angerer, Friedrich Gulda

    Album Friedrich Gulda : Complete Decca Recordings / CD 39 à 41 (2021)
    Label Decca (4851489/1490/1491)
  • 10h43
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 3. Allegro vivace
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 3. Allegro vivace
    Jean Sebastien Bach
    Concerto italien pour piano en Fa Maj BWV 971 : 3. Allegro vivace

    Interprètes Paul Angerer, Friedrich Gulda

    Album Friedrich Gulda : Complete Decca Recordings / CD 39 à 41 (2021)
    Label Decca (4851489/1490/1491)
  • 10h43
    Concerto pour piano n°26 en Ré Maj K 537 (Couronnement) : 1. Allegro
    Concerto pour piano n°26 en Ré Maj K 537 (Couronnement) : 1. Allegro
    Wolfgang Amadeus Mozart
    Concerto pour piano n°26 en Ré Maj K 537 (Couronnement) : 1. Allegro

    Interprètes Anthony Collins, Friedrich Gulda

    Album Friedrich Gulda : Complete Decca Recordings / CD 26 (2021)
    Label Decca (4851477)

L'équipe

Emilie Munera
Emilie Munera
Emilie Munera
Production
Rodolphe Bruneau-Boulmier
Rodolphe Bruneau-Boulmier
Céline Parfenoff
Réalisation
Lisa Creppy
Collaboration
Gilles Blanchard
Réalisation