Lawrence Olivier - Stéphane Degout et Sabine Devieilhe à l'Opéra Comique
Lawrence Olivier - Stéphane Degout et Sabine Devieilhe à l'Opéra Comique
Lawrence Olivier - Stéphane Degout et Sabine Devieilhe à l'Opéra Comique ©Getty - Popperfoto via Getty Images
Lawrence Olivier - Stéphane Degout et Sabine Devieilhe à l'Opéra Comique ©Getty - Popperfoto via Getty Images
Lawrence Olivier - Stéphane Degout et Sabine Devieilhe à l'Opéra Comique ©Getty - Popperfoto via Getty Images
Publicité
Résumé

Dans La tragédie d’Hamlet, Prince de Danemark, le héros apparaît, dès son entrée en scène, comme un personnage que la douleur et l’indignation ont déjà grandement perturbé. Tout son entourage vit à l’heure des réjouissances organisées en l’honneur du mariage de la reine Gertrude et du roi Claudius.

En savoir plus

Même si ce dernier prend soin de faire observer que les noces n’ont lieu qu’« Avec une joie désolée, avec un œil ravi et l’autre abattu, Une gaité dans les funérailles, un requiem dans le mariage. »

Mais Hamlet, demeurant sur son quant-à-soi manifeste de manière tout à fait passive d’abord, puis de plus en plus ouvertement, une réprobation qui va faire de lui un réprouvé : véritable trouble-fête, il est celui qui dérange, l’empêcheur -de-danser-en-rond.  Le jeune Hamlet se comporte en fait, dès les premières répliques, comme un marginal et s’écarte délibérément de la voie commune. Cette « voix (dite) coutumière » vers laquelle, plus tard, Gertrude émettra le vœu de la voir ramené.

Publicité

Aux yeux de tous, Hamlet apparaît donc comme le prince « à la triste figure ». Pourtant il n’en a pas toujours été ainsi. C’est de la bouche d’Ophélie que nous apprenons quelques temps à peine avant les événements survenus à la cour de Danemark, qu’Hamlet était encore : « L’espérance et la fleur de ce beau royaume, / le miroir de la mode, / le modèle de la courtoisie, / le point de mire de tous les regards. »

Mais c’est la rencontre avec le fantôme de son père qui va peser lourdement sur la décision d’Hamlet de se marginaliser… Car c’est à lui seul qu’il décide de s’adresser en privé. Le tête-à-tête renforce l’intimité qui existe entre le père et le fils et contribue ainsi à soustraire Hamlet au commun des mortels.

Le poids de la responsabilité pèse alors de toutes ses forces sur Hamlet qui souhaite accomplir sa mission jusqu’au bout. Il lui faut pour cela adopter une conduite systématiquement marginale ; celle qui le mettra à l’abri des soupçons et lui laissera les mains libres.

Programmation musicale

Piotr Ilitch Tchaïkovski
Hamlet : Ouverture fantaisie op 67 - pour orchestre 
Orchestre Symphonique de l'Académie de l'URSS
Evgeny Svetlanov, direction
DECCA

Dimitri Chostakovitch
Hamlet : Berceuse (andantino)
Orchestre Symphonique de Goteborg
Neeme Jarvi, direction
DGG

Dimitri Chostakovitch
Hamlet : Marche funèbre - suite pour orchestre
Académie de Chambre Allemande de Neuss
Lavard Skou Larsen, direction
CPO

Serge Prokofiev
Hamlet : Le fantôme du père
pour mezzo soprano, baryton et orchestre
Orchestre Symphonique de la Radio de Berlin
Michaïl Jurowski, direction
CAPRICCIO

Ambroise Thomas
Hamlet : Entracte (Acte IV)
Orchestre Philharmonique de Londres
Antonio de Almeida, direction
EMI

Dimitri Chostakovitch
Hamlet : Marche de Fortinbras - suite pour orchestre
Académie de Chambre Allemande de Neuss
Lavard Skou Larsen, direction
CPO

Dimitri Chostakovitch
Hamlet : Introduction
Orchestre Philharmonique National
Bernard Hermann, direction
DECCA

À réécouter : "Hamlet" d'Ambroise Thomas à l'Opéra Comique