Le réalisateur Jean-Jacques Beineix
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix ©AFP - KIM JAE-HWAN
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix ©AFP - KIM JAE-HWAN
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix ©AFP - KIM JAE-HWAN
Publicité
Résumé

Le compositeur Gabriel Yared évoque ce matin la mémoire du réalisateur Jean-Jacques Beineix, disparu il y a quelques jours. Gabriel Yared avait noué une relation artistique très forte avec le réalisateur, en composant notamment les musiques de ses films "37°2 le matin" et "La Lune dans le caniveau".

avec :

Gabriel Yared (compositeur et arrangeur français d'origine libanaise de musiques de film ( Beyrouth, 1949 - )).

En savoir plus

Réalisateur reconnu pour ses nombreux films comme "Diva", "La Lune dans le caniveau" ou encore "37°2 le matin", le réalisateur Jean-Jacques Beineix s'est éteint jeudi 13 janvier à l'âge de 75 ans. Pour lui rendre hommage, Jean-Baptiste Urbain a donc réuni dans la matinale des archives de l'interview du réalisateur pour France Musique en 2015, et le compositeur Gabriel Yared, avec qui il avait signé plusieurs collaborations artistiques.

Un réalisateur mélomane et musicien

Jean-Jacques Beineix était avant tout un réalisateur très mélomane, qui n'hésitait pas à faire des choix pointus en matière de musique pour ses films. Lors de son interview en 2015, il racontait notamment comment il avait choisi la musique de son premier long métrage "Diva" qui a popularisé l'air de l'opéra "La Wally" d'Alfredo Catalani. "Quand j'ai préparé 'Diva', je suis allé rencontrer un vieux monsieur qui s'appelle Igor Maslowsky. Il avait chez lui une pièce entièrement remplie de disques, du sol au plafond ! (...) Et tous les jours il me faisait écouter des arias, les unes après les autres."

Publicité

"La musique me donne le don de double vue, cinématographiquement parlant. J'imagine tout de suite ce que l'on peut filmer sur une musique. C'est la seule chose sur laquelle je ne me trompe jamais." Jean-Jacques Beineix

A l'approche de la cinquantaine, Jean-Jacques Beineix avait tissé un nouveau rapport à la musique en devenant lui-même musicien. Il aimait jouer du piano, et notamment l'Andantino de la sonate en la majeur de Schubert. "Pendant 50 ans je me suis dit 'demain j'apprends le piano', et un jour je l'ai fait." Il expliquait lors de son interview en 2015 combien la musique était fondamentale pour son cinéma : "la musique a toujours été une source d'inspiration, je ne me rappelle pas avoir fait un film sans qu'une musique soit là au préalable, m'accompagne ou me serve de leitmotiv"

"Faire de la musique m'a appris à comprendre et entendre le cinéma autrement" Jean-Jacques Beineix

"37°2 le matin", la consécration

Gabriel Yared, un de ses fidèles compagnons de route qui a composé la musique de trois longs métrages du réalisateur (sur six au total), nous raconte comment la musique de 37°2 le matin est née. Peu de temps après avoir travaillé sur la partition de La lune dans le caniveau,  Gabriel Yared se met d'accord avec Jean-Jacques Beineix pour adopter une écriture plus minimale pour son prochain film. C'est en écoutant Jean-Hugues Anglade jouer Doctor Gradus ad Parnassum de Debussy que Gabriel Yared a eu l'idée du thème principal du film. "Béatrice Dalle ne savait pas jouer de piano, et jouait avec un doigt. C'est là que j'ai eu l'idée de combiner la main gauche de Jean-Hugues Anglade qui joue Debussy, et Béatrice Dalle qui ne joue qu'avec un seul doigt une gamme montante avec une note bleue au milieu."

"En dehors de son amitié et de sa confiance totale, Jean-Jacques m'a donné l'espace nécessaire pour faire entendre ma musique dans son film, (...) et je lui dois entièrement ce succès." Gabriel Yared

Pierre Matignon

Références

Programmation musicale

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain