La comédienne Judith Chemla au 48e Festival du cinéma américain de Deauville, le 10 septembre 2022
La comédienne Judith Chemla au 48e Festival du cinéma américain de Deauville, le 10 septembre 2022 ©AFP - Lou Benoist
La comédienne Judith Chemla au 48e Festival du cinéma américain de Deauville, le 10 septembre 2022 ©AFP - Lou Benoist
La comédienne Judith Chemla au 48e Festival du cinéma américain de Deauville, le 10 septembre 2022 ©AFP - Lou Benoist
Publicité

L'actrice Judith Chemla est à l'affiche du "Sixième enfant", premier long-métrage de Léopold Legrand qui raconte l'histoire d'un impensable arrangement entre deux couples autour de la naissance d'un bébé. Egalement chanteuse, elle incarnera bientôt Mélisande dans un nouveau spectacle musical.

Avec

Dans Le sixième enfant qui sort en salles ce mercredi 28 septembre, Judith Chemla joue le rôle de Meriem, une femme issue de la communauté des gens du voyage et mère de cinq enfants qui, enceinte de son sixième bébé, envisage avec son mari de le faire adopter par un couple d'avocats parisiens fortunés qui n'arrivent pas à en avoir. Adapté librement du roman Pleurer des rivières d'Alain Jaspard, c'est un film d'une grande délicatesse qui explore l'intimité de ses personnages, sans jugement : "Léopold Legrand avait envie qu'on les comprenne, même quand leurs choix sont très limites, voire impossibles. Il voulait que le spectateur soit avec eux. Personne n'est censé se rencontrer à la base, et c'est un arrangement complètement fou, échanger un enfant contre un camion on ne peut pas imaginer ça ! Mais ce qui se joue c'est aussi la confiance entre deux femmes, une histoire de lien assez mystérieuse." Ce premier long métrage s'est distingué cet été au festival du film francophone d'Angoulême en raflant quatre prix, dont celui de la meilleure actrice, attribué conjointement à Judith Chemla et Sara Giraudeau, l'autre actrice principale du film. Il a également remporté les Valois du public, du scénario, et de la meilleure musique de film, signée par le clarinettiste et saxophoniste de jazz Louis Sclavis.

En plus de son actualité cinématographique, la comédienne - qui est aussi chanteuse, monte sur les planches du Théâtre Olympia de Tours cette semaine (du 27 au 30 septembre), pour une reprise du Crocodile trompeur, un spectacle musical de Samuel Achache, Jeanne Candel & Florent Hubert d'après l'opéra Didon et Enée de Purcell, qu'elle avait créé en 2013 aux Bouffes du Nord. C'était l'une des premières incursions de Judith Chemla dans le monde de l'opéra, "une sacrée expérience ! On a essayé de sortir l'opéra de ses gonds, de le déstructurer, d'être complètement libre, mais la pureté de la musique de Purcell est là, c'est tellement, tellement beau." La pièce avait obtenu le Molière du théâtre musical en 2014.
C'est aussi aux Bouffes du Nord que notre invitée interprétera en mars 2023 Mélisande, un nouveau spectacle d'après la pièce de Maeterlinck et l'opéra de Debussy, revisités par le metteur en scène Richard Brunel : "On a dépouillé la musique, il reste quelques lignes de Debussy avec des fois la densité du silence de Maeterlinck, c'est très beau et très profond. J'ai vu à quel point c'est une grande pièce, tellement mystérieuse et riche. Mélisande est un grand mystère, elle n'est pas juste éthérée.

Publicité

"Pelléas et Mélisande, c'est quand même l'histoire d'un féminicide !"

Judith Chemla, qui a pris la parole au mois de juillet pour dénoncer les violences dont elle a été victime de la part de son ex-compagnon, fait un lien entre le destin de cette héroïne d'opéra et celui de l'ensemble des femmes : "je ne l'avais pas vu jusque là, mais Mélisande c'est quand même l'histoire d'un féminicide ! L'histoire d'une femme qu'on n'arrive pas à attraper et qu'on tue parce qu'elle nous échappe. Mais on va continuer à vous échapper, messieurs, On ne peut pas attraper un être et le mettre en boite, la liberté on ne peut pas la contraindre. Donc je vis cette Mélisande-là avec une aspiration à la beauté, à l'amour, à la liberté, aux mystères de l'existence. C'est comme ça que je la porterai. Moi je reste vivante, parler ça crée beaucoup de lien, beaucoup de force, on n'a pas à accepter le silence qui permet aux violences de se perpétrer. Je n'avais pas prévu de prendre la parole... ça a surgi. Heureusement que ça devient possible de parler, et plus la parole est répandue, plus la violence reculera."

1h 28

Notre invitée avait déjà incarné le rôle Mélisande la saison dernière, cette fois dans une production "classique" de l'opéra de Debussy donné à l'Opéra de Montpellier en mars 2022, et mis en scène par Benjamin Lazar avec qui elle avait créé entre autres le spectacle Traviata, vous méritez un avenir meilleur. "C'était une expérience merveilleuse ! [La directrice de l'Opéra de Montpellier] Valérie Chevalier m'a fait confiance, et j'ai été extrêmement bien accueillie par le chef, par l'orchestre. C'est très exigeant le parlé-chanté, il faut que ce soit précis, très pur, c'était un grand défi mais ça s'est très bien passé ." C'était la toute première fois que Judith Chemla chantait accompagnée par un grand orchestre, "une expérience très différente des autres spectacles où les musiciens étaient sur scène... Ici on est enveloppée par le son, surtout à la fin, à la Mort de Mélisande... C'est le plus grand bonheur de chanter avec un orchestre, c'est ce qu'il y a de plus puissant !"

1h 00

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain
Flora arrosant les émissions de France Musique pour les faire pousser
Flora arrosant les émissions de France Musique pour les faire pousser
Flora Sternadel
Collaboration