Le metteur en scène Thomas Jolly adapte "Starmania", l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon
Le metteur en scène Thomas Jolly adapte "Starmania", l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon - Anthony Dorfmann
Le metteur en scène Thomas Jolly adapte "Starmania", l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon - Anthony Dorfmann
Le metteur en scène Thomas Jolly adapte "Starmania", l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon - Anthony Dorfmann
Publicité

Une nouvelle version de l'opéra rock Starmania à la Seine Musicale puis en tournée, la direction artistique des cérémonies des JO de Paris 2024, une deuxième mise en scène pour l'Opéra de Paris en juin 2023... A 40 ans, Thomas Jolly est décidément la nouvelle star de la mise en scène en France.

Avec

"Une résurrection", "un spectacle éblouissant et vénéneux", "une beauté sombre et désespérée" : voilà plusieurs jours que Thomas Jolly est couvert d'éloges par une grande partie de la presse française pour pour son adaptation de Starmania, le célèbre opéra rock de Michel Berger et Luc Plamondon créé en 1979 au Palais des congrès de Paris. Le spectacle est à voir en ce moment à La Seine Musicale (Boulogne) jusqu'au 29 janvier 2023, il sera ensuite en tournée dans toute la France. Le metteur en scène s'est aussi vu confier en septembre la direction artistique des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris de 2024, et il signera enfin en juin 2023 une nouvelle mise en scène de Roméo et Juliette de Charles Gounod à l' Opéra Bastille. "Je ne suis pas effrayé mais la liste est longue oui ! Les projets s’accumulent mais c'est aussi très stimulant."

"Starmania est un monument de la chanson française"

Publicité

Thomas Jolly, qui a assisté à toutes les représentations de Starmania depuis la Première du 8 novembre, constate que "tous les spectateurs arrivent avec une petite part de Starmania en eux. Je n'avais pas réalisé que je m’attaquais aussi à un patrimoine aussi intime, l'émotion est palpable tous les soirs dans la salle et c'est assez bouleversant. C’est un monument de la chanson française." C'est au cours de son enfance à Rouen que le metteur en scène de 40 ans a découvert cet opéra rock, grâce au célèbre enregistrement de 1978 : "c'est un disque qu'il y avait chez mes parents, ils écoutaient souvent France Gall et Michel Berger. Ensuite j'ai redécouvert l'album adolescent, et je me suis rendu compte qu'il y avait de la théâtralité, qu'il n'y avait pas seulement des tubes mais aussi une histoire. Donc quand on m'a proposé de remettre en scène Starmania c'est sur ça que j'ai insisté, l'histoire."

"Je vais de Britten à Britney et ça me plait !"

7 millions d'euros, 2 millions de spectateurs attendus... c'est la première fois que Thomas Jolly, qui est un enfant du théâtre public, s'attaque à une œuvre si colossale et populaire, financée par un producteur privé, Thierry Suc. "C'est une autre façon de travailler, par exemple les castings se font avec les producteurs, avec les ayant-droits de Michel Berger et de France Gall, Luc Plamondon... On est beaucoup autour de la table pour prendre des décisions, mais ça a été collégial et plutôt assez heureux. On m'a même poussé à proposer un spectacle à grande échelle, j'étais très libre de créer. Ça me plait de traverser des expériences nouvelles comme celle-ci." Un monument très grand public donc, a priori loin des exigences des festivaliers de la cour d'honneur du Palais des Papes ? "Il y a parfois un petit snobisme de la part de mon milieu, mais moi j'ai toujours été très clair sur le culturellement correct : je vais de Britten à Britney et ça me plait ! Et puis Starmania est très loin d'être une œuvre sans exigence, on y trouve une puissance musicale, des performances vocales incroyables, et une histoire sidérante d'actualité."

58 min
58 min

Programmation musicale

  • 08h38
    Monopolis
    Monopolis
    Michel Berger (Compositeur)
    Monopolis

    Michel Bernholc (Chef d'orchestre), France Gall (Cristal), Luc Plamondon

    Album Starmania (version originale) (1978)
    Label WEA INTERNATIONAL (9031-74214-2)
  • 08h48
    I would love to change the world (the businessman's blues)
    I would love to change the world (the businessman's blues)
    Tome Jones
    I would love to change the world (the businessman's blues)

    Michel Berger (Compositeur), Luc Plamondon

    Album Tycoon (starmania)
    Label Epic (4719232)

L'équipe

Jean-Baptiste Urbain
Jean-Baptiste Urbain
Flora arrosant les émissions de France Musique pour les faire pousser
Flora arrosant les émissions de France Musique pour les faire pousser