Des Hmongs en pleine récolte dans la province de Yen Bai dans le nord du Vietnam ©Getty - Libre de droits
Des Hmongs en pleine récolte dans la province de Yen Bai dans le nord du Vietnam ©Getty - Libre de droits
Des Hmongs en pleine récolte dans la province de Yen Bai dans le nord du Vietnam ©Getty - Libre de droits
Publicité
Résumé

La communauté des Hmongs a fui la Chine pendant la deuxième moitié du XIXe siècle pour se réfugier dans les montagnes au nord du Laos et du Vietnam. Dans leur culture musicale, la mélodie des instruments peut servir de chant puisque les Hmongs parlent une langue tonale (chaque syllabe a un ton).

En savoir plus

La communauté des Hmongs (ou Miao) est répartie entre la Chine, le Laos et le Vietnam principalement, mais il y en a aussi un peu partout dans le monde...

Les Hmongs ont une culture commune qui repose sur des traditions ancestrales, parmi lesquelles on retrouve la musique... Pour distinguer les différentes communautés hmongs, une couleur peut être associée. Cette couleur s'inspire des vêtements portés par les habitants et habitantes d'un village par exemple : Hmongs noirs ou Hmongs à longues cornes. 

Publicité

Cette dernière communauté vit en Chine, et les longues cornes font référence à une tenue portée par les femmes uniquement : une coiffe qui pèse environ 3 kg et que l’on met sur la tête pour séduire. 

Un patriarcat strict

La musique fait partie de la séduction, mais pour les hommes seulement. Les femmes, elles, peuvent chanter à l'unisson mais elles ont un répertoire propre à elles, interprété dans l'intimité des foyers : les chants de confidence. Ils expriment leur peine, leur joie, et sont chantés de manière séparés : chaque voix suit sa propre mélodie. 

Les peines sont nombreuses chez les femmes hmongs. Leur tradition repose sur un patriarcat strict. Les jeunes femmes sont choisies par un futur mari qui va les kidnapper une nuit, chez elles, après avoir passé un accord avec les parents (quand même). Ensuite, la jeune mariée quitte sa famille, parfois son village, et ne retrouve que très rarement ses proches. 

Si jamais il y a divorce, elle doit vivre sous protection d’un homme, jusqu’à un potentiel nouveau mariage. Et si son mari meurt, elle épouse le frère ou un cousin. Dans cette communauté les femmes n’ont pas le droit de vivre seules.

Une mélodie qui a du sens

Outre les chants, les Hmongs jouent aussi beaucoup d'instruments de musique. Et chaque mélodie peut être traduite en phrases, en mots. La langue hmong est tonale, c’est à dire qu’elle est basée sur des tons et des intonations. Donc avec un instrument de musique, les Hmongs peuvent transcrire un texte en musique. C’est un système assez complexe, il faut maîtriser à la fois la langue, et puis quelques subtilités : par exemple quand deux tons identiques se suivent, l’instrumentiste doit modifier un peu le son ou l’attaque pour les distinguer. 

Mais cette méthode leur permet de jouer des mélodies qui ont un sens, et, plus pratique, elle leur permet de communiquer à distance grâce par exemple aux mélodies jouées avec la feuille d'un arbre… 

L'autre difficulté pour comprendre cette musique, c'est justement la langue, puisqu'elle n'a jamais été vraiment écrite. Quelques missionnaires ont bien tenté de la retranscrire, mais c’est surtout une langue orale, et qui aujourd’hui n’est plus utilisée partout... 

Exil et invention

Les Hmongs ont une histoire complexe, faite d’exil, d’adaptation et de persécution.. C’est une ethnie minoritaire dans les pays où on la retrouve, mais qui représente tout de même quelques 4 à 5 millions de personnes dans le monde. Leur culture est riche, et encore on n’a même pas parlé de leur artisanat, d’une grande finesse, et de leur agriculture puisque cette communauté vit dans des lieux isolés, en altitude, et ont survécu des millénaires de manière parfaitement autonomes en usant de stratégies efficaces. 

Une ingéniosité que les Hmongs utilisent aussi au service de la musique comme en attestent leurs orgues à bouche, aussi appelés khen : un instrument de musique fabriqué à base de tubes de bambous et qui donne une sonorité assez unique. 

Références

Programmation musicale

  • 09h51
    Strange fruit
    Strange fruit
    Billie Holiday
    Strange fruit
    Album The complete masters 1939 - 1940 / CD 06 (2011)
    Label Universal (5336151-2)
  • 09h56
    Hunga song by may
    Hunga song by may
    Black Hmong Ethnic Group
    Hunga song by may
    Album Vietnam / Black hmong in Vietnam
    Label KINK GONG (KIGO 6)
  • 09h56
    Aujourd'hui (2 Femmes)
    Aujourd'hui (2 Femmes)
    Adolescentes Miao De Leishan
    Aujourd'hui (2 Femmes)

    Femmes Miao De Da Tang, Dong De Chejiang Comte De Ronijang, Divers

    Album Chine/Les miao et les dong du Guizhou/Chansons à boire et chants d’amour
    Label ARION (ARN 64363)
  • 09h57
    Chant de confidences
    Chant de confidences
    Ly Thi My (Voix)
    Chant de confidences

    Ly Thi Ma (Voix)

    Album Vietnam/Musique et chants des Hmong (1997)
    Label PEOPLES
  • 09h58
    Flute : Musique de cour d'amour
    Flute : Musique de cour d'amour
    Giang A Tru (Flûte)
    Flute : Musique de cour d'amour
    Album Vietnam/Musique et chants des Hmong (1997)
    Label PEOPLES
  • 09h59
    Leaf from a tree
    Leaf from a tree
    Black Hmong Ethnic Group
    Leaf from a tree
    Album Vietnam / Black hmong in Vietnam
    Label KINK GONG (KIGO 6)

L'équipe

Aliette de Laleu
Aliette de Laleu
Aliette de Laleu
Production
Aliette de Laleu
Aliette de Laleu