Joanna Bruzdowicz dans une interview autour du film d'Agnès Varda Les Glaneurs et la glaneuse [par la Cinetek] - Chaîne Youtube / La Cinetek
Joanna Bruzdowicz dans une interview autour du film d'Agnès Varda Les Glaneurs et la glaneuse [par la Cinetek] - Chaîne Youtube / La Cinetek
Joanna Bruzdowicz dans une interview autour du film d'Agnès Varda Les Glaneurs et la glaneuse [par la Cinetek] - Chaîne Youtube / La Cinetek
Publicité
Résumé

La pianiste et compositrice française d'origine polonaise Joanna Bruzdowicz est morte le 3 novembre 2021, à l’âge de 78 ans. Elle était connue pour sa collaboration avec la réalisatrice Agnès Varda. Mais comment se sont-elles rencontrées ?

En savoir plus

Nous sommes en 1985, Agnès Varda vient de terminer son film Sans toit ni loi, l’histoire d’une sans abri retrouvée morte au pied de deux cyprès. La réalisatrice cherche la musique qui pourrait accompagner les images de son œuvre. 

Dans une interview, elle raconte : “Je voulais pour ce film avec une fille errante, rude, violente, qui déteste tout et tout le monde, je voulais une femme compositrice”. Elle se rend alors chez un disquaire pour demander de l’aide. Ce dernier lui propose plusieurs disques puis lui met entre les mains un enregistrement du Varsovia String Quartet qui comprend le premier quatuor à cordes de Joanna Bruzdowicz.  

Publicité
4 min

Grande mélomane, Agnès Varda trouve l'œuvre un peu difficile mais accroche avec le 2e mouvement du quatuor (intitulé La Vita). Elle appelle alors directement la compositrice et lui fait une proposition. Joanna Bruzdowicz raconte cette scène dans une interview donnée pour la Cinetek : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Voilà comment une musique contemporaine, signée par une compositrice à l’époque peu connue, s’est retrouvée au cœur du film d’Agnès Varda, Sans toit ni loi, film sélectionné à la Mostra de Venise cette même année 1985. 

Des variations autour de son quatuor à cordes

Dans son interview, Joanna Bruzdowicz raconte que la réalisatrice lui a demandé des fragments supplémentaires pour le film. Elle a donc proposé des variations. Et à ce sujet, la compositrice raconte une anecdote passionnante qui en dit beaucoup sur Agnès Varda et sur la musique de films en général. 

31 min

C’est trop beau, c’est trop fort, ça va casser mon image, tu dois changer ça.

Après avoir donc écrit ces variations autour des thèmes de son premier quatuor, elle appelle des instrumentistes pour enregistrer ces fragments supplémentaires. La réalisatrice est de l’autre côté de la vitre, en régie, et lui fait de grands signes. Joanna Bruzdowicz lui demande ce qu’il se passe et Agnès Varda lui répond : “C’est trop beau, c’est trop fort, ça va casser mon image, tu dois changer ça.” La compositrice s’exécute et offre une autre version qui sera prise pour le film. 

Références

Programmation musicale

  • 07h50
    Quatuor à cordes n°1 (La vita) : 2. Episodio centrale
    Quatuor à cordes n°1 (La vita) : 2. Episodio centrale
    JOANNA BRUZDOWICZ (Compositeur)
    Quatuor à cordes n°1 (La vita) : 2. Episodio centrale

    , JAN STANIENDA, QUATUOR DE VARSOVIE

    Album Le quatuor à cordes de Varsovie interprète Bruzdowicz et Zarebski
    Label PAVANE RECORDS

L'équipe

Aliette de Laleu
Aliette de Laleu
Aliette de Laleu
Production
Aliette de Laleu
Aliette de Laleu