La milice militaire Wagner est présente au Mali mais aussi en Ukraine
La milice militaire Wagner est présente au Mali mais aussi en Ukraine
La milice militaire Wagner est présente au Mali mais aussi en Ukraine ©Getty - Nitikorn Konkaew / EyeEm
La milice militaire Wagner est présente au Mali mais aussi en Ukraine ©Getty - Nitikorn Konkaew / EyeEm
La milice militaire Wagner est présente au Mali mais aussi en Ukraine ©Getty - Nitikorn Konkaew / EyeEm
Publicité
Résumé

La milice russe qui serait impliquée dans la guerre en Ukraine porte le nom du célèbre compositeur allemand. Mais derrière ce choix, qui n'a rien d'anodin, la symbolique est forte...

En savoir plus

La milice paramilitaire privée agit directement sur les ordres du Kremlin. Ce groupe de mercenaires a vu le jour en 2014, pour participer alors à l’annexion de la Crimée. Et depuis lors, Wagner a été envoyé sur différents fronts : en Syrie, en république Centrafricaine, au Mozambique ou encore au Mali.
Ils sont accusés par l’Union européenne "de violation des droits de l’homme, d’actes de torture, d’assassinat extra-judiciaire". Ils remplissent les basses besognes, ce que l’armée régulière russe ne peut pas faire. Et si l’on en croit le Times de Londres, 400 membres de Wagner aurait été dépêché en Ukraine ces derniers jours pour éliminer Volodymyr Zelensky, le président ukrainien. Il est intéressant d’observer que les pays qui se sont abstenus de voter aux Nations Unies la résolution contre la guerre en Ukraine, sont notamment les pays africains où le groupe Wagner est présent. Car avec ces pays, le deal est simple : la Russie propose avec sa milice d’assurer la sécurité, notamment face aux groupes djihadistes, et en échange Moscou a accès à leurs ressources.

Pourquoi cette milice porte le nom du compositeur Richard Wagner ?

Le fondateur de ce groupe paramilitaire est un certain Dmitri Outkine, un ancien vétéran des forces spéciales russes, qui se faisait déjà surnommée lui-même Wagner quand il servait dans l’armée russe. Il a choisi le nom du compositeur en hommage au Troisième Reich ; Adolf Hitler était fasciné par la musique de Richard Wagner.
On est donc totalement dans la symbolique néonazi. Mais la comparaison musicale ne s’arrête pas là : cette milice se compare en effet à un orchestre. Un grand orchestre tout de même puisque 10 000 hommes auraient combattu dans ses rangs depuis 2014. Les mercenaires utilisent aussi le vocabulaire musical pour décrire leurs opérations. Il est question de symphonies, d’instruments de musique. Une récupération glaçante…
Et ce n’est peut-être pas un hasard si la musique diffusée désormais régulièrement dans le plus grand hôtel de Bamako, la capitale du Mali où le groupe Wagner est implanté, n’est autre que la chevauchée des Walkyries.

Publicité

Cet hommage au nazisme entre en contradiction avec les déclarations de Vladimir Poutine ?

Effectivement à chacune de ses allocutions, Vladimir Poutine justifie l’invasion de l’Ukraine au motif qu’il faut dénazifier ce territoire. Or les nostalgiques du 3ème Reich, on les trouve donc bien dans ses rangs. Et enfin, ce qui est aussi intéressant de rappeler, c’est qu’après la Seconde guerre mondiale, la musique allemande, et notamment Wagner, avait été au tout début interdite par le pouvoir soviétique. Désormais, comme un retournement de l’histoire, elle sert de ralliement à l’armée secrète du pays. Vous l’aurez compris : par sa brutalité et ses références, Wagner offre un miroir implacable du régime de Vladimir Poutine.

"Wagner, l’armée de l’ombre de Poutine", documentaire à voir sur France.tv

Références

L'équipe

Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Production