Teodor Currentzis
Teodor Currentzis
Teodor Currentzis ©AFP - Stéphane de Sakutin
Teodor Currentzis ©AFP - Stéphane de Sakutin
Teodor Currentzis ©AFP - Stéphane de Sakutin
Publicité
Résumé

La Philharmonie de Paris vient d'annuler son prochain concert... Le chef d'orchestre gréco-russe Teodor Currentzis fait débat à cause de sa proximité avec le gouvernement russe ainsi que son silence dans le contexte de la guerre en Ukraine.

En savoir plus

Le concert de l’ensemble MusicAeterna prévu le 4 mai prochain à la Philharmonie de Paris est annulé. La raison ? La figure de son chef Teodor Currentzis fait débat, dans le contexte de la guerre en Ukraine.
Pour différentes raisons : tout d’abord, l’ensemble MusicAeterna a notamment pour financeur la banque VTB, c’est la deuxième banque russe, qui est visée par les sanctions occidentales. Ensuite, au cours de différentes interviews, Teodor Currentis a régulièrement défendu la Russie de Vladimir Poutine.
Il est intéressant de revenir un instant sur le parcours de ce chef, né à Athènes en 1972, qui part étudier la direction d’orchestre à Saint-Pétersbourg. Dès lors, il va rester en Russie, où il prend d’abord la tête de l’Opéra de Novossibirsk. Il monte ensuite son ensemble Musicaaeterna, l’un des premiers sur instruments anciens dans le pays. Avec cet ensemble, il s’installe à l’Opéra de Perm, puis désormais à Saint-Pétersbourg. Il acquiert la double nationalité greco-russe. Sa carrière s’est toujours faite à la fois grâce aux financements d’institutions publiques russes et à l’argent des oligarques.

Des documents qui posent question…

Antoine Pecqueur a pu en effet voir les photos de l’immense fête organisée par Teodor Currentzis pour son 50ème anniversaire à Saint-Petersbourg, qui a eu lieu le lendemain de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Des centaines de personnes ont été accueillis dans l’ancien siège de la Radio ; une débauche d’alcool, des performances pour le moins étranges avec des animaux vivants. Mais surtout, pour certains invités, un sentiment d’indécence au moment où l’Ukraine est bombardé.

Publicité

Quelle est l’attitude de l’Orchestre de la radio SWR de Stuttgart, dont Teodor Currentzis est le directeur musical ?

La direction générale de l’Orchestre a refusé de répondre aux questions d'Antoine Pecqueur. Elle s’est contentée de me renvoyer vers son communiqué officiel indiquant maintenir en poste Teodor Currentzis et ne pas lui demander qu’il prenne position par rapport à la guerre en Ukraine. L’Orchestre philharmonique de Munich avait lui licencié Valery Gergiev pour ce même motif.
La situation parait en tout cas chaque jour de moins en moins tenable. L’ambassadeur d’Ukraine en Autriche demande à ce que Teodor Currentzis soit déprogrammé du prochain Festival de Salzbourg.
Terminons enfin en saluant un artiste qui a osé lui s’élever contre la guerre en Russie : c’est le pianiste Alexei Lubimov, qui a participé mi-avril à un concert à Moscou programmant de la musique ukrainienne et qui ne cache pas ses critiques envers le régime de Vladimir Poutine. Le concert a d’ailleurs été interrompu par les forces de l’ordre. Deux attitudes de musiciens aux antipodes.

Références

Programmation musicale

  • 07h48
    La grande Zoa
    La grande Zoa
    Regine
    La grande Zoa

    Botton Frederic (Compositeur), Serge Gainsbourg, Botton Frederic

    Album Ses plus belles chansons
    Label UNE MUSIQUE (191629-2)

L'équipe

Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Production