La campagne d'affichage sur le forum de la culture à Bordeaux avait suscité de nombreuses réactions. Comment les villes écolos construisent leurs politiques culturelles ? ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST - PHOTOPQR/SUD OUEST
La campagne d'affichage sur le forum de la culture à Bordeaux avait suscité de nombreuses réactions. Comment les villes écolos construisent leurs politiques culturelles ? ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST - PHOTOPQR/SUD OUEST
La campagne d'affichage sur le forum de la culture à Bordeaux avait suscité de nombreuses réactions. Comment les villes écolos construisent leurs politiques culturelles ? ©Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST - PHOTOPQR/SUD OUEST
Publicité
Résumé

Favoriser un large accès à la culture, défense de la place des pratiques amateurs mais également baisse de subventions, Antoine Pecqueur dresse un premier bilan de la politique culturelle initiée par les nouvelles mairies passées récemment au vert.

En savoir plus

Il y a tout d’abord eu des polémiques. A Lyon, l’annonce de la baisse de subvention de 500 000 euros à l’Opéra a créé de vives crispations. A Bordeaux, ce sont les affiches du Forum de la culture organisé par la Mairie qui ont là aussi suscité une large controverse. Les bordelais ont vu placardé dans leur ville des interrogations du type : « la culture, ça coûte trop cher ? » ou bien « artiste, c’est un métier ? ».
En quelques mois, les verts ont donc braqué le monde culturel, d’autant plus que ces nouvelles mairies étaient attendues au tournant après l’expérience de Grenoble, où, rappelons-le, sous la précédente mandature, les Verts avaient supprimé la subvention de l’ensemble des Musiciens du Louvre.

Les Verts veulent mettre en avant la question des droits culturels, c’est-à-dire permettre l’accès le plus large à la culture, ce qui est évidemment salutaire. De la même manière, un grand nombre d’adjoints à la culture de ces nouvelles mairies, de Besançon à Poitiers, défendent la place des pratiques amateurs. Ce qui là aussi est légitime. Mais il est par contre manichéen de vouloir opposer ces nouvelles orientations au paysage culturel existant, qui serait forcément élitiste. Bien sûr, les grandes institutions doivent évoluer, interroger leur modèle, d’autant plus après la crise sanitaire, mais cela passe par une véritable vision et non de simples coupes drastiques dans les budgets.

Publicité

Concilier pratique culturelle et enjeux environnementaux n’a jamais été autant d’actualité

Il est passionnant d’interroger nos pratiques sous ce prisme : repenser le mode de transport des tournées d’orchestre, la construction des décors d’opéras, l’usage des matériaux dans la facture des instruments. Il y a là matière à construire une vraie politique culturelle. Mais aujourd’hui, les propositions viennent avant tout de collectifs de professionnels du secteur, qui sont de plus en plus nombreux à se créer sur ce thème. Les verts devraient davantage être à leur écoute, cela pourrait les inspirer pour construire une politique moins manichéenne et plus mature. D’autant plus à l’approche d’échéances électorales majeures.
Ils pourraient aussi s’inspirer de la politique culturelle des verts allemands, bien plus structurée. En effet, les Grünen sont aujourd’hui en première place dans les sondages pour les prochaines législatives de l’autre côté du Rhin.

Références

Programmation musicale

  • 07h51
    Don Giovanni : Deh vieni alla finestra (Acte II Sc 1) Air de Don Giovanni
    Don Giovanni : Deh vieni alla finestra (Acte II Sc 1) Air de Don Giovanni
    Wolfgang Amadeus Mozart (Compositeur)
    Don Giovanni : Deh vieni alla finestra (Acte II Sc 1) Air de Don Giovanni

    Laurence Equilbey (Chef d'orchestre), Florian Sempey (Baryton (voix), Don Giovanni), Insula Orchestra

    Album Magic Mozart (2020)
    Label ERATO (190295261979)

L'équipe

Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Antoine Pecqueur
Production