Yuri Temirkanov quitte l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg qu'il a dirigé pendant plus de 30 ans
Yuri Temirkanov quitte l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg qu'il a dirigé pendant plus de 30 ans
Yuri Temirkanov quitte l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg qu'il a dirigé pendant plus de 30 ans - Anton Denisov / Sputnik
Yuri Temirkanov quitte l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg qu'il a dirigé pendant plus de 30 ans - Anton Denisov / Sputnik
Yuri Temirkanov quitte l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg qu'il a dirigé pendant plus de 30 ans - Anton Denisov / Sputnik
Publicité
Résumé

Suite à la démission de Yuri Temirkanov, directeur musical historique de l'Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, l'orchestre russe se doit de regarder vers l'avenir et en particulier à sortir de l'ombre de l'orchestre concurrent, le Mariinsky du tout puissant Gergiev.

En savoir plus

C’est une page qui se tourne avec la démission de Yuri Temirkanov en tant que chef principal de l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg. Demi-surprise, tant la santé du chef âgé de 83 ans est devenue fragile, ce que n’a pas amélioré la perte récente de son frère. Le public du Théâtre des Champs-Elysées était familier depuis des décennies de ce chef au style très personnel et attachant, et de cet orchestre héritier de la grande tradition russo-soviétique.

Lorsqu’il a été nommé à sa direction en 1988, il avait la lourde tâche de succéder au légendaire Yevgueni Mravinsky, qui avait régné sans partage pendant cinquante ans sur la Philharmonie. Il a rajeuni l’orchestre et l’a aidé à franchir sans dommage la chute du rideau de fer, misant beaucoup sur les tournées internationales devenues plus faciles. Ces dernières années, on avait toutefois constaté un certain essoufflement, y compris dans le répertoire toujours centré sur les grands classiques de la musique russe, alors qu’il en maîtrisait beaucoup d’autres.

Publicité

Il est vrai que la concurrence du Mariinsky s’est faite de plus en plus écrasante : son élève Valery Gergiev, qui lui a succédé à la tête du théâtre que Temirkanov dirigeait avant de prendre les rênes du Philharmonique, a su être le bâtisseur d’empire que l’on connaît, bénéficiant en outre de tous les leviers financiers grâce à son amitié avec Vladimir Poutine. Au même moment, Temirkanov manquait de budget pour inviter les grandes baguettes internationales à la Philharmonie.

Ironie de l’histoire : quand il a succédé à Mravinsky en 1988, Temirkanov a affiché sa volonté de donner un nouveau souffle à un orchestre vieilli. Aujourd’hui, on attend de savoir qui ouvrira une nouvelle page après le chapitre Temirkanov. Qui ? Sans doute pas l’actuel chef permanent Nikolai Alexeev, adjoint de Temirkanov depuis vingt ans mais qui n’est qu’un bon second. Tugan Sokhiev ? Vasily Petrenko ? Teodor Currentzis ? Tous ont été formés à Saint-Pétersbourg et sont dans la force de l’âge. Une femme, histoire de donner tort à Temirkanov qui les déclarait inaptes à diriger ? L’avenir le dira !

Références

Programmation musicale

07h44
L'elixir d'amour : Udite, udite, o rustici
L'elixir d'amour : Udite, udite, o rustici
Gaetano Donizetti
L'elixir d'amour : Udite, udite, o rustici

Interprètes Paul Daniel, Bryn Terfel

Album Bryn Terfel / Bad boys (2009)
Label DGG (477 8091)
07h51
Symphonie n°4 en fa min op 36 : Finale
Symphonie n°4 en fa min op 36 : Finale
PIOTR ILITCH TCHAIKOVSKI
Symphonie n°4 en fa min op 36 : Finale

Interprètes PIOTR ILITCH TCHAIKOVSKI, YURI TEMIRKANOV,

Album Tchaikovsky : 3 symphonies (1992)
Label BMG

L'équipe

Christian Merlin
Christian Merlin
Christian Merlin
Production