Le compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856)
Le compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856)
Le compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856) - Aucun
Le compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856) - Aucun
Le compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856) - Aucun
Publicité
Résumé

Stéphanie-Marie Degand, Jérôme Bastianelli et Yannick Millon élisent la version de référence de la Symphonie n°3 « Rhénane » de Robert Schumann.

En savoir plus

Vous souhaitez participer à l'émission ?

Votez pour votre version préférée de la Symphonie Rhénane de Robert Schumann et tentez de gagner le disque France Musique de la semaine

CD à gagner : [SORTIE CD] Schumann, Brahms, Dvořák - Geister Duo

compte-rendu:

Chargé, trapu, ce Schumann ! Pour ne pas dire austère et prosaïque. C’est un fait : la « Rhénane » de Christian Thielemann ne coule pas de source

Publicité

Des élans bienvenus, mais peu de fièvre quand même. Mais aussi, porté par des timbres acidulés, un discours qui bride le flux schumanien. John Eliot Gardiner et le London Symphony Orchestra laissent une impression mitigée.

Cela commence par des accents brusques, comme si Yannick Nézet Séguin et ses musiciens de l’Orchestre de Chambre d’Europe voulaient secouer leurs auditeurs, dans un mouvement initial autoritaire. La clarté bienvenue du troisième mouvement s’accompagne hélas de soufflets, et se joue sur un tempo trainard.

Un Schumann enflammé, grandiose, épique, à la fois précis et engagé : le Rhin, tel que peint par les cordes généreuses de Cleveland, s’écoule avec force. Après un troisième mouvement tranquille, la procession du quatrième qu’ordonne George Szell révèle décidément un sens de la mise en scène impressionnant.

Le premier mouvement électrise, ample pâte sonore riche en reliefs et en puissance, où l’orage guette néanmoins. Si le troisième mouvement est diversement apprécié, c’est dans le choral du IV, où la filiation avec Bach est limpide, que la lecture claire et resplendissante de Heinz Holliger et de la WDR de Cologne s’impose.

Quelle poigne, tout de suite ! L’ardeur ressentie est formidable dès que s’élèvent, toniques, dansantes, exaltées, les conquérantes premières phrases. Wolfgang Sawallisch s’y entend aussi pour rendre lumineux le chant du III, irisé par les bois de Dresde, tandis que le IV, sur un tempo retenu, accentue le cérémonial, vibrant et solennel. Ainsi triomphe, une fois de plus, le grand classique de la discographie schumanienne.

palmarès:

N°1
Version E
Staatskapelle de Dresde, dir. Wolfgang Sawallisch (Warner, 1972)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Wolfgang Sawallisch
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Wolfgang Sawallisch
- Warner

N°2
Version D
Orchestre symphonique de la WDR de Cologne, dir. Heinz Holliger (Audite, 2012)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Heinz Holliger
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Heinz Holliger
- Audite

N°3
Version B
Orchestre de Cleveland, dir. George Szell (Sony, 1960)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par George Szell
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par George Szell
- Sony

N°4
Version C
Orchestre de chambre d’Europe, dir. Yannick Nézet-Séguin (DG, 2012)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Yannick Nézet-Séguin
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Yannick Nézet-Séguin
- DG

N°5
Version A
London Symphony Orchestra, dir. John Eliot Gardiner (LSO Live, 2019)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par John Eliot Gardiner
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par John Eliot Gardiner
- LSO

N°6
Version F
Staatskapelle de Dresde, dir. Christian Thielemann (Sony, 2018)

Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Christian Thielemann
Symphonie n°3 de Schumann, dirigée par Christian Thielemann
- Sony

À réécouter : Schumann au bord du Rhin

Références

L'équipe

Jérémie Rousseau
Jérémie Rousseau
Aurore Denizot
Collaboration
Taïssia Froidure
Réalisation