Symphonie n°8 de Beethoven

Le compositeur Ludwig van Beethoven par August von Kloeber
Le compositeur Ludwig van Beethoven par August von Kloeber  ©Getty - Photo by Rischgitz/Getty Images
Le compositeur Ludwig van Beethoven par August von Kloeber ©Getty - Photo by Rischgitz/Getty Images
Le compositeur Ludwig van Beethoven par August von Kloeber ©Getty - Photo by Rischgitz/Getty Images
Publicité

Chantal Cazaux, Emmanuelle Giuliani et Yannick Millon élisent la version de référence de la Symphonie n°8 de Ludwig van Beethoven.

Emission enregistrée au Théâtre de l'Alliance Française jeudi 8 avril 2021.

Le compte-rendu de Jérémie Rousseau

Seules ont été prises en compte les versions des vingt dernières années.

Publicité

Un train de sénateur et un esprit Herr Professor : la Huitième de Mariss Jansons et de la Radio bavaroise tombe à plat. Déception !

On ne sait dans quelle direction penche Riccardo Chailly, qui cavale ici, laisse filer là, gérant mal tensions et détentes, à la tête d’un Gewandhaus ronflant. Survolé ?

Et revoici Leipzig, avec Herbert Blomstedt aux commandes. Sa Huitième est bonhomme mais brouillonne : de l’esprit, de la fluidité dans le premier mouvement, mais un Allegretto balourd. Ce ne sera pas suffisant pour ce Beethoven classique et élégant.

C’est vif, brillant, on goûte aux reliefs et à la majesté du massif : un Beethoven en technicolor, fourmillant de détails, prudent néanmoins. Simon Rattle et l’Orchestre Philharmonique de Berlin susurrent un Allegretto tendre, mais comme corseté ; le finale manquera de folie.

Ah cette malice ! Ce sens de l’humour, du rebond, ces bois qui charment, ce soleil teinté d’ombres soudaines ! Philippe Herreweghe jette un regard pointu sur Beethoven, tirant de la phalange flamande un étonnant éventail d’accents, qui nous vaudra un final vif et tendu.

Une Huitième Symphonie comme une gifle. La Philharmonie de chambre de Brême, empoignée sinon fouettée par Paavo Järvi, est tout tourbillon : quatre mouvements acérés et culottés, gorgés de théâtre, puissants, corrosifs, pleins de charme et de suspense. Quel panache !

Palmarès

N°1 : Version B
Philharmonie de chambre de Brême, dir. Paavo Järvi
RCA (2004)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Paavo Järvi
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Paavo Järvi
- RCA

N°2 : Version E
Orchestre Royal philharmonique des Flandres, dir. Philippe Herreweghe
Pentatone (2007)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Philippe Herreweghe
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Philippe Herreweghe
- Pentatone

N°3 : Version A
Orchestre philharmonique de Berlin, dir. Simon Rattle
BPR (2015)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Simon Rattle
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Simon Rattle
- BPR

N°4 : Version D
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Herbert Blomstedt
Accentus (2017)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Herbert Blomstedt
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Herbert Blomstedt
- Accentus

N°5 : Version F
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Riccardo Chailly
Decca (2009)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Riccardo Chailly
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Riccardo Chailly
- Decca

N°6 : Version C
Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, dir. Mariss Jansons
BR Klassik (2012)

La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Mariss Jansons
La Symphonie n°8 de Beethoven, dirigée par Mariss Jansons
- BR Klassik
À réécouter : Beethoven au pianoforte
Portraits de famille
1h 58

L'équipe