Dusapin, Il Viaggio, Dante – création mondiale – Direction musicale Kent Nagano, Mise en scène Claus Guth : Jean-Sébastien Bou, Christel Loetzsch et Evan Hughes - © Photo by Monika Rittershaus / Festival d’Aix-en-Provence 2022
Dusapin, Il Viaggio, Dante – création mondiale – Direction musicale Kent Nagano, Mise en scène Claus Guth : Jean-Sébastien Bou, Christel Loetzsch et Evan Hughes - © Photo by Monika Rittershaus / Festival d’Aix-en-Provence 2022
Dusapin, Il Viaggio, Dante – création mondiale – Direction musicale Kent Nagano, Mise en scène Claus Guth : Jean-Sébastien Bou, Christel Loetzsch et Evan Hughes - © Photo by Monika Rittershaus / Festival d’Aix-en-Provence 2022
Publicité
Résumé

Avec Il Viaggio, Dante, Pascal Dusapin et Frédéric Boyer proposent un voyage intime à travers la Divine Comédie réputée inadaptable, qui narre elle-même le voyage d’un individu exemplaire à travers tout ce qui fait l’humain. Direction : Kent Nagano.

avec :

Pascal Dusapin (compositeur français (Nancy, 1955 -)), Jean-Sébastien Bou.

En savoir plus

Pascal Dusapin – Frédéric Boyer / d’après Dante Alighieri

Il Viaggio, Dante

Publicité

Opéra en sept tableaux, création mondiale ce 13 juillet 2022 au Grand Théâtre de Provence, dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence.

Commande du Festival d'Aix-en-Provence, Opéra National de Paris.

Opéra enregistré par France Musique ce 13 juillet 2022 et diffusé en direct du Grand Théâtre de Provence, dans le cadre du Festival d'Aix en Provence. Diffusion en simultané dans le cadre des échanges Euroradio avec l'Union Européenne de Radio et Télévision (UER).

Coproduction Festival d’Aix-en-Provence, Opéra national de Paris, Saarländischs Staatstheater Saarbrücken, les Théâtres de la Ville de Luxembourg.

Avec le soutien de Madame Aline Foriel-Destezet, grande donatrice d'exception du Festival d'Aix-en-Provence, et celui de Jean-François Dubos, le Cercle Incises pour la création contemporaine.

Distribution d’Il Viaggio, Dante de Pascal Dusapin au Festival d’Aix :

Kent Nagano  : Direction musicale

Claus Guth  : Mise en scène et Chorégraphie

Jean-Sébastien Bou  : Dante, Baryton
Evan Hughes  : Virgilio, Baryton-basse
Christel Loetzsch  : Giovane Dante, Mezzo-soprano
Jennifer France  : Beatrice, Soprano
Maria Carla Pino Cury  : Lucia, Soprano
Dominique Visse  : Voce dei dannati, Haute-contre
Giacomo Prestia  : Narratore, Basse

Chœur de l'Opéra de Lyon
Orchestre de l'Opéra de Lyon

Étienne Pluss  : Décors
Gesine Völlm  : Costumes
Fabrice Kebour  : Lumière
Rocafilm  : Vidéo
Yvonne Gebauer  : Dramaturgie

L’après-concert – entretiens et programmation musicale :

Pascal Dusapin,

Sept Etudes pour piano
Etude n°4

Vanessa Wagner : Piano
Musicales Actes Sud 3 149028 009927 > (code-barres)

  • Entretien de Judith Chaine avec Pascal Dusapin.

Pascal Dusapin,

La Melancholia – Opératorio pour voix solistes, chœur, cuivres, orchestre et bande magnétique :
Premier interlude

Cécile Eloir : Mezzo-soprano
Orchestre National de Lyon
David Robertson : Direction musicale
Disques Montaigne MO 782073

Argument d’Il Viaggio, Dante de Pascal Dusapin :

Par Frédéric Boyer, librettiste d’Il Viaggio, Dante.

Prologue. Le Narrateur s’adresse aux spectateurs : « Ô vous qui êtes dans une minuscule barque, désireux d’écouter, à la suite de mon embarcation qui flotte quand elle chante… »

1er Tableau. Le départ. Dante dort et rêve. Sainte Lucie apporte son secours au malheureux et exhorte Béatrice de l’aider dans sa quête. Lucie en informe Virgile qui sera le guide de Dante jusqu’au paradis, pendant que le jeune Dante rappelle la perte irréparable de sa dame.

Dans le noir, apparition de sainte Lucie, et progressivement apparition des lucioles. On ouvre sur le chœur chantant l’hymne latin des complies : Te lucis ante (cité dans Purgatoire, VIII) : « À toi avant la fin de la lumière / créateur de tout, nous demandons / que par ta douceur habituelle / tu nous conduises et nous gardes. »

Dante est présent mais chante au début sans que l’on entende ses paroles. Ce ne sont que des voyelles, des murmures, comme une plainte autour du nom de Béatrice. Il paraît dormir et rêver. Dans son rêve surgit le jeune Dante qui lui aussi rêve et se souvient de ses visions.

Progressivement Dante s’éveille et chante son désespoir et son chagrin, perdu au milieu d’une « forêt obscure ».

2ème Tableau. Chant de deuil. Dans ce bref tableau, on entend le jeune Dante de la Vita nova appeler la mort depuis qu’il ne doit « plus jamais voir la dame qui [le] fait aller si souffrant ». Cette chanson de deuil du jeune Dante est rythmée par les voix féminines du chœur en répons : « Ne dors pas / ne te décourage pas » (paroles que reprendra Béatrice elle-même dans le Paradis), jusqu’à l’espoir de pouvoir un jour revoir Béatrice.

3ème Tableau. Les limbes. « J’entrai par le chemin obscur et farouche. » Dante entreprend son « voyage ». C’est l’entrée aux Enfers, dans les limbes. Apparition de Virgile qui l’entraîne : « Descendons ici dans le monde aveugle. » Les plaintes et les ricanements des damnés accueillent les deux hommes qui commencent alors leur descente.

4ème Tableau. Les neuf cercles de l’enfer. La descente dans les cercles est interprétée comme une danse macabre, soutenue par la litanie des noms des damnés et la scansion de chaque cercle. Avec cris, rires et pleurs, plaintes. Dante découvre les différents damnés et les différents supplices attachés à chacun des cercles. Le chœur chante un refrain médiéval, les paroles de la Chorea Macarii (danse des morts) : « Voici ceux qui feront la danse des macchabées. » Jusqu’à l’évocation de Florence et de ses crimes. Le tableau est alors interrompu par le chant du jeune Dante évoquant le deuil de Florence ayant perdu sa Béatrice.

5ème Tableau. Sortir du noir. Dante et Virgile atteignent le neuvième cercle, celui du roi des Enfers. Le tableau s’ouvre sur l’hymne latine de Venance Fortunat (évêque de Poitiers, VIe siècle) parodiée par Dante. Au lieu des paroles vénérables « Les étendards du roi avancent / Le mystère de la croix resplendit », Dante se moque en écrivant : « Les étendards du roi des Enfers avancent. » Le chœur et les voix des damnés se répondent et s’opposent dans une sorte de joute musicale et chantée. Après la vision du roi des Enfers à demi enfoui dans la glace, le tableau progresse jusqu’à la sortie : « Et là nous sommes sortis revoir les étoiles. » La lumière revient. Et la douceur du monde.

6ème Tableau. Purgatoire.Le purgatoire est rythmé dans le texte de Dante par le chant grégorien des Béatitudes des Évangiles. C’est l’ouverture du sixième tableau. Ce chant est repris ici comme un antiphone (alternance de deux chœurs). Mais ce sont aussi les chants d’espoir du jeune Dante qui alternent avec Dante et Virgile effectuant la montée du purgatoire, vers la lumière. On entend alors les voix du chœur chanter la promesse de revoir le visage de Béatrice.

7ème Tableau. Paradis. Le septième tableau s’ouvre sur les versets bibliques du Cantique des cantiques : « Viens, épouse du Liban » (cité dans le Purgatoire). Tandis que le chœur chante l’offertorium grégorien : « Béni celui qui vient… »

Les voix du chœur appellent Béatrice à apparaître enfin. En contrepoint, le jeune Dante se souvient d’avoir appelé et nommé en vain Béatrice dans sa douleur. Le tableau est entièrement construit comme une gradation sonore et visuelle, les chants répétés conduisent à l’apparition consolatrice de Béatrice et à l’extase de Dante dans un chant final, sans texte audible, comme au premier tableau, mais ici c’est un pur murmure de joie.

Extrait du programme de salle du Festival d’Aix-en-Provence 2022 reproduit avec son aimable autorisation et celle de l’Auteur.

À réécouter : Tutti per Pascal
9 min