Lyatoshynsky, Poleva & Silvestrov: Piano Quintets
Lyatoshynsky, Poleva & Silvestrov: Piano Quintets
Lyatoshynsky, Poleva & Silvestrov: Piano Quintets - Naxos
Lyatoshynsky, Poleva & Silvestrov: Piano Quintets - Naxos
Lyatoshynsky, Poleva & Silvestrov: Piano Quintets - Naxos
Publicité
Résumé

Le label Naxos a fait paraitre un disque dédié aux compositeurs ukrainiens. Nous en parlons et surtout l'écoutons ce dimanche dans En Pistes, Contemporains !

En savoir plus

Boris Lyatoshynsky était l'un des principaux membres d'une nouvelle génération de compositeurs ukrainiens qui a émergé dans les années 1920. Son quintette ukrainien, conçu de manière expansive, le trouve à son plus haut niveau émotionnel, avec un second mouvement Lento e tranquillo sincère. Dédié à Lyatoshynsky, le Quintette avec piano de Valentin Silvestrov date du début de son odyssée moderniste des années 1960, tandis que le quintette Simurgh retiré et secret de Victoria Poleva s'inscrit dans un style qui embrasse des thèmes spirituels et une simplicité musicale définie comme "minimalisme sacré".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est le Quintette Simurgh de Victoria Poleva que nous écoutons aujourd'hui.  Victoria Poleva est née à Kiev le 11 septembre 1962 dans une famille de musiciens. Elle a étudié avec, respectivement, Ivan Karabyts et Levko Kolodub au Conservatoire de Kiev, où elle a elle-même enseigné la composition de 1990 à 2005. Ses œuvres antérieures, comme le ballet Gagaku , Transform pour grand orchestre et Anthem pour orchestre de chambre, privilégient l'avant-garde. et esthétique polystylique. À partir de la fin des années 1990, elle devient de plus en plus attirée par les thèmes spirituels et la simplicité musicale et développe ainsi un style qui a été identifié plus tard comme un «minimalisme sacré». Ses œuvres ont été commandées par de nombreux représentants de la nouvelle musique, notamment Gidon Kremer en 2005 pour Semper Primavera et en 2010 pourThe Art of Instrumentation et le Kronos Quartet for Walking on Waters en 2013. En 2009, son Ode à la joie est entendue lors d'un concert commémorant le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Publicité

Son titre faisant allusion à la créature ailée de la mythologie persane, Simurgh-quintet (2000) semble être une œuvre de transition dans la production de Poleva. Coulé d'un seul mouvement, son contenu est pour l'essentiel en retrait et souvent de caractère secret. Cela est évident dès le début, lorsque de douces dissonances sur les cordes émergent sur des accords de piano hésitants. Peu à peu, un sentiment de concentration tonale commence à s'installer, alors que les cordes fusionnent en une texture semblable à un choral, même s'il n'y a pas de ferveur émotionnelle parallèle. Ce qui semble le plus frappant, ce sont les façons dont ces motifs et phrases répétés assument le rôle de blocs de construction motiviques, offrant ainsi une certaine cohésion malgré (ou même à cause de) l'absence de toute évolution thématique plus définissable. La dynamique reste au piano et autourjusqu'à ce qu'une explosion soudaine de cordes ricochantes et de gestes de piano ressemblant à des oiseaux inaugure un sommet émotionnel alors que la musique s'estompe avec nostalgie avec les mesures de clôture.

Références

L'équipe

Rodolphe Bruneau-Boulmier
Rodolphe Bruneau-Boulmier
Emilie Munera
Emilie Munera
Emilie Munera
Production
Marjolaine Portier-Kaltenbach
Marjolaine Portier-Kaltenbach