Le jeune violoniste Augustin Dumay avec son Stradivarius, à Paris, France le 9 mars 1964
Le jeune violoniste Augustin Dumay avec son Stradivarius, à Paris, France le 9 mars 1964
Le jeune violoniste Augustin Dumay avec son Stradivarius, à Paris, France le 9 mars 1964 ©Getty - Keystone-France/Gamma-Rapho
Le jeune violoniste Augustin Dumay avec son Stradivarius, à Paris, France le 9 mars 1964 ©Getty - Keystone-France/Gamma-Rapho
Le jeune violoniste Augustin Dumay avec son Stradivarius, à Paris, France le 9 mars 1964 ©Getty - Keystone-France/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Une jeunesse après-guerre et la fureur de vivre ! Les concerts qui marquent, comme ceux de Nathan Milstein, les voyages en France et en Europe, à la recherche de tout ce qui donne une idée de la beauté, comme par exemple la nature, l’architecture, et enfin le violon.

En savoir plus

Dans ce deuxième épisode, Augustin Dumay nous parle de ses premiers contacts avec le violon et de son éducation musicale, d'abord avec des professeurs particuliers puis au Conservatoire rue de Madrid. Des années plutôt malheureuses malgré la rencontre de quelques personnalités comme Nadia Boulanger.

Nadia Boulanger, c'est quelqu'un qui vous amenait vers une introspection, vers une partie de vous-même qui vous était totalement inconnue

Publicité

À lire aussi : VIDÉO - Nadia Boulanger, de "Herr Professor" à Mademoiselle

Il en sort diplômé à 13 ans et c'est le moment de LA rencontre, celle avec Arthur Grumiaux, le fameux violoniste. Il évoque aussi Nathan Milstein, le musicien par lequel il découvre l'instrument et avec qui il travaillera, à la sortie du Conservatoire. Sa première leçon : « La seule chance que l'on ait de faire de la musique, c'est de penser en permanence que le violon est stupide. »

L'instrument empêche de développer l'imaginaire

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À lire aussi : Le violon enchanteur d'Augustin Dumay

Programmation musicale

Franz Schubert
Trio avec piano en Mi bémol Maj op 100 D 929 : 4. Allegro moderato
Augustin Dumay (violon), Frédéric Lodéon (violoncelle) et Jean-Philippe Collard (piano)
Warner Classics

Maria Remusat
La Saint Bonheur
Marianne Mélodie

Maurice Ravel
Sonate pour violon et piano : Blues
Augustin Dumay (violon) et Jean-Philippe Collard (piano)
EMI

Gabriel Fauré
Sonate pour violoncelle et piano n°2 en sol min op 117 : 2. Andante
Paul Tortelier (violoncelle) et Lothar Broddack (piano)
AUDITE SCHALLPLATTEN

Franz Schubert
Sonate n°21 en Si bémol Maj D 960 : Allegro ma non troppo
Wilhelm Kempff (piano)
DGG

Johannes Brahms
Sonate n°3 en ré min op 108 : Adagio
Augustin Dumay (piano) et Louis Lortie
Onyx