Portrait de Felix Mendelssohn
Portrait de Felix Mendelssohn
Portrait de Felix Mendelssohn ©Getty
Portrait de Felix Mendelssohn ©Getty
Portrait de Felix Mendelssohn ©Getty
Publicité
Résumé

Comblé de talents par les bonnes fées penchées sur son berceau, il fut considéré comme le plus grand compositeur européen.

En savoir plus
  • Aujourd’hui, 4 novembre, je voudrais vous parler de Felix Mendelssohn, mort le 4 novembre 1847 à l’âge de trente-huit ans.

La partition la plus célèbre de Felix Mendelssohn ressemble bien à sa vie. Sa Marche nuptiale, pièce n° 7 de son ouverture pour la féérie Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, est d’un allant majestueux qui correspond bien à sa jeunesse. 

Car Felix Mendelssohn est jeune, parfaitement jeune, prodigieusement jeune. À douze ans, il rencontre Goethe, à qui il fait une forte impression. C’est cette année-là que, pour protester contre l’éducation un peu trop rigide qu’on lui donne, il écrit son premier opéra, Les Deux précepteurs

Publicité

Ensuite, à l’université, il étudie la philosophie de l’art avec Hegel, l’histoire avec von Ranke, la zoologie avec Lichtenstein, la géographie avec Ritter… Puisque les voyages forment la jeunesse, il se promène en Europe, rencontre Berlioz à Rome… Quant à la musique, disons seulement qu’il compose sa Marche nuptiale à dix-sept ans, en 1826. 

Mais le plus incroyable est peut-être que Felix Mendelssohn n’est pas un prodige unique. Sa sœur aînée, Fanny, montre des dons immenses pour la musique. Ils sont les enfants d’un banquier très en vue à Berlin, Abraham Mendelssohn Bartholdy et les petits-enfants du philosophe Moses Mendelssohn. Par eux, ils sont les descendants d’une modeste lignée juive de Saxe, au cœur de l’Allemagne. Mais leur père, qui s’est converti, élève ses enfants dans une religion protestante tempérée par les Lumières et douce à l’ivresse romantique qui saisit l’Europe.  

  • Nous écoutons : Marche nuptiale de Felix Mendelssohn, pièce n° 7 de son ouverture pour la féérie Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare_, enregistrée par l’Orchestre des Champs-Elysées dirigé par Philippe Herreweghe, en 1994. _