Pochette d'un disque de Gribouille (détail) ©Getty
Pochette d'un disque de Gribouille (détail) ©Getty
Pochette d'un disque de Gribouille (détail) ©Getty
Publicité
Résumé

Successivement adolescente en foyer, SDF à Paris puis espoir d’une chanson âpre, elle ne résiste pas longtemps au mal de vivre.

En savoir plus
  • Aujourd’hui, 18 janvier, je voudrais vous parler de Gribouille, morte le 18 janvier 1968 à l’âge de vingt-six ans. 

Déjà il faut s’appeler Marie-France Gaité. Puisqu’elle nait en 1941 à Lyon, Marie c’est pour la Vierge, France pour le pays occupé. Gaité, c’est une famille normalement bourgeoise, bientôt dépassée par cette enfant turbulente, rétive, explosive.
Elle s’appellera Gribouille, ce qui est déjà le surnom d’une éducatrice de foyer. Parce que la gamine atterrit là, dans cette litanie des établissements spécialisés pour enfants dont on ne sait s’ils sont bêtes ou méchants. En tout cas, sa famille n’en peut plus. Trop de colères, de noir, de refus, et la môme traine de foyer en foyer. Au passage, on remarque qu’elle aime chanter, que ça lui fait du bien d’écrire, qu’il y a des patrons de cabaret qui veulent bien que des jeunes montent sur scène s’ils ne demandent pas à être payés. Elle débute à seize ans. La scène la reconstruit, les éducatrices ont l’espoir qu’elle s’en sorte par là. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Puis Gribouille part à Paris. Elle dort où elle peut, c’est-à-dire dehors. Elle dessine à la craie sur les trottoirs et les passants laissent tomber des pièces. Un jour, un vieux monsieur élégant s’arrête, l’appelle « mon petit », l’entraine avec lui. Gribouille n’est pas un garçon mais tant pis. Jean Cocteau aime son visage androgyne, dur et fragile à la fois, sa voix grave, incapable de futilité. Il lui ouvre la scène du Bœuf sur le Toit. 

Publicité

Nous écoutons :
J’irais danser quand même de Gribouille, une chanson composée par Charles Dumont et qui compte parmi les succès emblématiques de la chanteuse, en 1963. 

30 min
Références

Programmation musicale

  • 12h32
    Titon et l'Aurore op 8 : Ouverture
    Titon et l'Aurore op 8 : Ouverture
    Jean Joseph Cassanea De Mondonville (Compositeur)
    Titon et l'Aurore op 8 : Ouverture

    Hervé Niquet (Chef d'orchestre), Le Concert Spirituel

    Album L'opéra des opéras (2019)
    Label Alpha (241174)

L'équipe

Bertrand Dicale
Production