Jacob Miller du groupe Inner Circle sur la scène du The Marquee, Londres 1979 (
Jacob Miller du groupe Inner Circle sur la scène du The Marquee, Londres 1979 (
Jacob Miller du groupe Inner Circle sur la scène du The Marquee, Londres 1979 ( ©Getty - David Corio/Redferns
Jacob Miller du groupe Inner Circle sur la scène du The Marquee, Londres 1979 ( ©Getty - David Corio/Redferns
Jacob Miller du groupe Inner Circle sur la scène du The Marquee, Londres 1979 ( ©Getty - David Corio/Redferns
Publicité
Résumé

Chanteur du groupe Inner Circle, ce reggaeman jamaïcain disposait d’un charisme singulier sur scène. Mais la circulation est dangereuse à Kingston.

En savoir plus
  • Aujourd’hui, 23 mars, je voudrais vous parler de Jacob Miller, mort le 23 mars 1980 à l’âge de vingt-sept ans. 

Même dans le reggae, les artistes peuvent avoir un comportement rationnel, passer des auditions, chercher patiemment la bonne formule commerciale… Ainsi, Jacob Miller est-il le quatrième chanteur qu’embauche le groupe Inner Circle, en 1974. Un choix motivé parce qu’il vient de réussir quelques 45 tours à succès et qu’il est très impressionnant sur scène – peut-être le seul chanteur jamaïcain fasciné par Elvis Presley, et qui donc sait être à la fois grandiose et sans chichis, exhiber les majuscules d’une star sans s’embarrasser d’un quelconque surmoi.
Jacob Miller a commencé sa carrière à treize ans dans le studio de Clement « Coxsone » Dodd en 1968, avec un petit succès sans lendemain. Il se fraie un chemin de batteur de reggae, enregistrant des centaines de titres avant de devenir vraiment un chanteur à plein temps. Pour cela, il faut l’intervention d’un musicien un peu plus jeune que lui, mais qui devient son mentor musicalement et spirituellement, Augustus Pablo. Avec lui, il devient rasta, dans le mouvement des Douze Tribus d’Israël, alors en plein ascension, ce qui explique en partie sa proximité avec Bob Marley, qui est en quelque sorte un camarade de paroisse.  

Nous écoutons :
We ‘a’ Rockers, un titre d’Inner Circle avec la voix de Jacob Miller, enregistrée en 1979 pour le film Rockers de Theodoros Safaloukos, un des plus beaux films tourné sur le reggae et ses musiciens. 

Publicité
Références

Programmation musicale

  • 12h27
    Sonate en Sol Maj op 3 n°1 : Allegro - pour 2 violons
    Sonate en Sol Maj op 3 n°1 : Allegro - pour 2 violons
    Jean Marie Leclair (Compositeur)
    Sonate en Sol Maj op 3 n°1 : Allegro - pour 2 violons

    Leonid Kogan (Violon), Elizaveta Gilels (Violon)

    Album Leonid Kogan interprète des sonates pour violon (2002)
    Label TESTAMENT (SBT 1227)

L'équipe

Bertrand Dicale
Production