Michel Petrucciani au piano sur scène le 6 juillet 1994
Michel Petrucciani au piano sur scène le 6 juillet 1994
Michel Petrucciani au piano sur scène le 6 juillet 1994 ©Getty - Frederic REGLAIN
Michel Petrucciani au piano sur scène le 6 juillet 1994 ©Getty - Frederic REGLAIN
Michel Petrucciani au piano sur scène le 6 juillet 1994 ©Getty - Frederic REGLAIN
Publicité
Résumé

Il aurait pu ne jamais parvenir à se hisser sur un tabouret de piano mais il est devenu un géant du jazz.

En savoir plus
  • Aujourd’hui, 6 janvier, je voudrais vous parler de Michel Petrucciani, mort le 6 janvier 1999 à l’âge de trente-six ans. 

Un jour, Tony Petrucciani, son père, veut vérifier. Il propose à un copain accordéoniste – pas n’importe qui, hein, Jean Corti, ancien accompagnateur de Jacques Brel – de créer un trio pour faire du bal. Lui, il sera à la guitare et, au piano, ce sera son fils, Michel. À la sortie, Jean Corti dit à son pote : « Ton fils, il est brillant, hein ; mais pour le bal, c’est pas la peine d’insister. » 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Parce que faire danser un samedi soir à Bandol, il s’en fiche franchement, le gamin. Il est ailleurs, dans une musique vertigineuse, éruptive, gourmande ; il est incapable de s’en tenir au 1, 2, 3 de la valse et à la régularité du paso doble de parquet. Michel Petrucciani vit une autre discipline.
À quatre ans, il demande un piano. On lui donne un petit piano jouet. Il le casse. Finalement, on lui trouve un vieux piano de bar. Il va y passer huit heures par jour. Huit heures par jour pendant quinze ans. 

Publicité

Son père est professeur de guitare jazz et tient un magasin d’instruments de musique à Montélimar. Ses frères aînés sont contrebassiste et guitariste mais personne ne passe autant de temps que lui sur son instrument. Et pas que pour improviser, non : il dévore les exercices techniques, travaille encore et toujours la rigueur du jeu, l’ampleur des connaissances, la science de l’instrument. Il faut dire que, pour lui, ce n’est pas aussi simple que pour les autres. 

Nous écoutons : Chloé Meets Gershwin, thème de Michel Petrucciani joué sur scène en Allemagne en 1997, extrait de son album intitulé tout simplement Solo.

2h 17
2h 37
Références

Programmation musicale

  • 12h26
    Iolanta op 69 : Moy ptencik Iolanta tï ustala (Sc 1) Martha Iolanta Brigitta Laura et choeur
    Iolanta op 69 : Moy ptencik Iolanta tï ustala (Sc 1) Martha Iolanta Brigitta Laura et choeur
    PIOTR ILITCH TCHAIKOVSKI (Compositeur)
    Iolanta op 69 : Moy ptencik Iolanta tï ustala (Sc 1) Martha Iolanta Brigitta Laura et choeur

    PIOTR ILITCH TCHAIKOVSKI (Compositeur), EMMANUEL VILLAUME (Chef d'orchestre), ANNA NETREBKO, CHOEUR DE CHAMBRE SLOVENE (Chœur), ORCHESTRE PHILHARMONIQUE SLOVENE DE LJUBLJANA

    Album Peter Illich Tchaikovsky : Iolanta (intégrale) (2015)
    Label DGG (DEUTSCHE GRAMMOPHON) (4793969)

L'équipe

Bertrand Dicale
Production