Pochette du disque "A quoi ça sert l'amour" d'Edith Piaf avec Théo Sarapo.
Pochette du disque "A quoi ça sert l'amour" d'Edith Piaf avec Théo Sarapo.
Pochette du disque "A quoi ça sert l'amour" d'Edith Piaf avec Théo Sarapo.
Publicité
Résumé

Dernier mari de la Môme, ce jeune chanteur qui enregistrera avec elle un de ses derniers succès, a dû affronter les embûches inattendues d’un veuvage à grand spectacle.

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

  • Aujourd’hui, 28 août, je voudrais vous parler de Théo Sarapo, mort le 28 août 1970 à l’âge de trente-quatre ans. 

Si l’on représente l’amour sous la forme d’un enfant armé d’un arc, c’est sans doute parce qu’il fait n’importe quoi dans l’impulsion du moment. Un des tours les plus amusants de Cupidon, dans la France du général de Gaulle, c’est la rencontre d’Édith et de Théo.
En janvier 1962, Édith Piaf, la plus grande chanteuse du siècle et la plus populaire de la saison, croise le chemin de Theophanis Lamboukas, un jeune coiffeur d’origine grecque qui veut faire de la chanson. Ce n’est pas la première fois qu’elle aime passionnément un jeune homme et lui fait la courte échelle professionnellement – il y a eu Yves Montand, Jean-Louis Jaubert des Compagnons de la Chanson, Georges Moustaki…
Elle le baptise Théo Sarapo – littéralement, Théo je t’aime, en grec, elle l’engage en première partie de ses concerts, elle annonce qu’elle va l’épouser.
La France se partage. Misérable exhibition, disent les uns. Droit à l’amour, disent les autres. Ils enregistrent un duo, À quoi ça sert l’amour – gros succès.

Nous écoutons :
À quoi ça sert l’amour, paroles et musique de Michel Emer, enregistrée en duo par Théo Sarapo et Édith Piaf, dans l’intention de présenter le jeune chanteur au public. 

Publicité
1h 27
Références

Programmation musicale

  • 12h28
    Suite pour violoncelle n°1 en Sol Maj BWV 1007 : 5. Menuets I et II
    Suite pour violoncelle n°1 en Sol Maj BWV 1007 : 5. Menuets I et II
    Jean Sébastien Bach (Compositeur)
    Suite pour violoncelle n°1 en Sol Maj BWV 1007 : 5. Menuets I et II

    Alisa Weilerstein (Violoncelle)

    Album Bach : Suites pour violoncelle (intégrale) (2020)
    Label PENTATONE CLASSICS (PTC5186751)

L'équipe