William Baines vers 1920
William Baines vers 1920
William Baines vers 1920
William Baines vers 1920
William Baines vers 1920
Publicité
Résumé

Prolifique et juvénile compositeur, il n’avait pas eu le temps de se faire connaître au-delà de sa région natale…

En savoir plus
  • Aujourd’hui, 6 novembre, je voudrais vous parler de William Baines, mort le 6 novembre 1922 à l’âge de vingt-trois ans. 

On ne va pas assez à Horbury, petite ville de la banlieue de Wakefield, dans le Yorkshire. Industrie de la laine et de l’acier, brique rouge des maisons, ciel gris des régions de charbonnages ; mais il y a le cinéma. 

Dans les premières années du XXe siècle, le mouvement coopératif construit ses premiers cinémas en dur et, à Horbury, le Co-Op Cinema présente tous les jours des films muets qui comblent les grands et les petits. Et, comme dans la plupart des cinémas de Grande-Bretagne, un pianiste salarié accompagne chaque projection. Parfois, les bobines d’un film arrivent avec une partition mais, dans l’immense majorité des cas, le pianiste improvise. Et, au Co-Op Cinema, c’est un marchand d’instruments de musique, également organiste dans une église méthodiste, qui tient le piano. Assez souvent, il joue à quatre mains avec son fils qui, parfois, le remplace pour un court métrage ou même pour une partie du grand film de la séance. 

Publicité

Nous écoutons :
The Lone Wreck (l’épave solitaire), une pièce du recueil Tides (marées) de William Baines, enregistrée en 2016 par la pianiste Jessye Mebounou.