Clark Terry
Clark Terry
Clark Terry ©Getty - R. Diamond
Clark Terry ©Getty - R. Diamond
Clark Terry ©Getty - R. Diamond
Publicité
Résumé

Clark Terry à La Villa à Paris le 11 décembre 1992.

En savoir plus

Nous fêtons le centenaire de sa naissance (14 décembre 1920 à Saint-Louis, Missouri) et il serait plus simple de dire avec qui Clark Terry n’a pas joué ! Évoquons tout de même ses débuts dans l’orchestre de Charlie Barnet en 1947, son passage chez Count Basie de 1948 à 1951, puis son rôle de soliste chez Duke Ellington jusqu’en 1959, avant d’intégrer le premier big band de Quincy Jones. Ajoutons qu’il fut le mentor, entre autres, de Miles Davis et qu'il a participé, en studio, à l'enregistrement de près d’un millier d’albums…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

.
.

Clark Terry (trompette, bugle et voix)
Alain Jean-Marie (piano)
Wayne Dockery (contrebasse)
George Brown (batterie)

Publicité
  • Robbin's Nest (Sir Charles Thompson, Illinois Jacquet)
  • Satin Doll (Duke Ellington, Billy Strayhorn)
  • Straight No Chaser (Thelonious Monk)
  • Blue Monk (Thelonious Monk
  • Days Of Wine And Roses (Henry Mancini, Johnny Mercer)
  • Shaw 'Nuff (Charlie Parker, Dizzy Gillespie)
  • Walkin’ (Richard Carpenter)

À réécouter : Clark Terry à Paris en 1992 (2/2)

À lire aussi : Jazz Culture : Hommage à Clark Terry

Références

L'équipe

Jérôme Badini
Jérôme Badini
Jérôme Badini
Production
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Emmanuelle Lacaze
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation