Antal Dorati en 1950
Antal Dorati en 1950
Antal Dorati en 1950 ©Getty - Library of Congress/Corbis/VCG
Antal Dorati en 1950 ©Getty - Library of Congress/Corbis/VCG
Antal Dorati en 1950 ©Getty - Library of Congress/Corbis/VCG
Publicité
Résumé

Salle Pleyel, le 29 novembre 1980, l'Orchestre national de France, sous la direction du chef hongrois Antal Dorati, interprétait "Musique pour cordes, percussions et célesta", et "Le Mandarin merveilleux" de Béla Bartók.

En savoir plus

En musique, le véritable interprète n'est pas le chef d'orchestre mais bien chaque auditeur qui, en écoutant, c'est-à-dire en étant capable de fournir l'effort nécessaire pour venir au-devant de l'œuvre, la transformera en lui-même. Nous ne sommes là, nous, que pour remplacer le compositeur en donnant à sa partition la matérialisation temporelle dont n'ont pas besoin les autres arts, graphiques ou plastiques. 

Antal Dorati, Le Monde 1968

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À réécouter : Béla Bartók à Budapest en 1928 (1/5)

À réécouter : Béla Bartok, Musique pour cordes, percussion et célesta, par Ferenc Fricsay

À réécouter : Béla Bartok : Le Mandarin merveilleux, par Pierre Boulez

À lire aussi :

Programmation musicale

Béla Bartók
Musique pour cordes, percussions et célesta
Orchestre national de France, dir. Antal Dorati
(Salle Pleyel, 29 novembre 1980) 

Béla Bartók
Le Mandarin merveilleux opus 19
Orchestre national de France, dir. Antal Dorati
(Salle Pleyel, 29 novembre 1980) 

Complément de programme  

Béla Bartók
3 scènes de village Sz 79 BB 87b : Bölcsodal (Ukoliebavka)
Chœur de jeunes filles de Gyor
Laura Farago, soprano
Anna Adam, soprano  
Ensemble de chambre de Budapest, dir. Antal Dorati