Nikita Magaloff en 1991
Nikita Magaloff en 1991
Nikita Magaloff en 1991 ©Getty - Brice Toul/Gamma-Rapho
Nikita Magaloff en 1991 ©Getty - Brice Toul/Gamma-Rapho
Nikita Magaloff en 1991 ©Getty - Brice Toul/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Suite de l’entretien que Pierre Babin avait enregistré avec le grand pianiste et pédagogue Nikita Magaloff en juin 1985. Le pianiste évoquait ses règles d’or de l’interprétation et les compositeurs de son répertoire comme Frédéric Chopin dont il fut un remarquable interprète...

En savoir plus

Mon but a toujours été de chercher à respecter ce que le compositeur voulait, c’est capital

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Quand un compositeur écrit sa musique, il n’écrit pas seulement les notes, il entend l’interprétation, il donne des indications…Mon but a toujours été de chercher à respecter ce que le compositeur voulait, c’est capital. Un bon interprète devrait chercher à reconstituer la volonté d’un compositeur et doit décider d’une voie personnelle à suivre.   Chopin, c’est pour moi le compositeur le plus maltraité, on ne le respecte pas du tout, ni la mesure, ni les nuances. Il ne jouait pas « salonnard » comme on le joue parfois. C’est un compositeur classique dont il faut respecter la pensée musicale…"

Publicité

À réécouter : [ANNULÉ] 2e édition des Musicales franco-russes de Toulouse du 10 mars au 3 avril 2020

Programmation musicale

Maurice Ravel
Le tombeau de Couperin : Forlane
Nikita Magaloff, piano   

W.A Mozart
Sonate pour violon et piano n°28 en mi min K 304 : 1er mvt
Joseph Szigeti, violon
Nikita Magaloff, piano   

Frédéric Chopin
Concerto n °2 en fa mineur op 21
Nikita Magaloff, piano
Orchestre symphonique de la radiodiffusion polonaise, di. Paul Kletzki
(Festival de Montreux 1968) 

À réécouter : Nikita Magaloff (1)

À réécouter : Frédéric Chopin à Paris en 1832 (1/5)

À réécouter : Michel Dalberto (3/5) : "Nikita Magaloff avait un charme dévastateur"