Madeleine Milhaud (1902-2008) avec Darius Milhaud et Erich Kleiber en 1930
Madeleine Milhaud (1902-2008) avec Darius Milhaud et Erich Kleiber en 1930
Madeleine Milhaud (1902-2008) avec Darius Milhaud et Erich Kleiber en 1930 ©Getty - ullstein bild/ullstein bild
Madeleine Milhaud (1902-2008) avec Darius Milhaud et Erich Kleiber en 1930 ©Getty - ullstein bild/ullstein bild
Madeleine Milhaud (1902-2008) avec Darius Milhaud et Erich Kleiber en 1930 ©Getty - ullstein bild/ullstein bild
Publicité
Résumé

Au micro de Jean Roy, Madeleine Milhaud se souvient de ses débuts au théâtre et à la radio avant la guerre, ainsi que de ses rôles de récitante qu’elle a joué dans des œuvres de Darius Milhaud, Igor Stravinsky et Arthur Honegger …

En savoir plus

Née en 1902, épouse du compositeur Darius Milhaud, Madeleine Milhaud a traversé le XX e siècle aux côtés des plus grandes figures artistiques. Muse et complice de son époux, elle a mené aussi un parcours personnel de comédienne, de metteure en scène et de librettiste. C'est de ce parcours dont elle se souvenait au micro de Jean Roy en juin 1995.

"Actrice, cuisinière, récitante, secrétaire, garde-malade, elle n’arrêtait pas comme on dit

Publicité

… Madeleine préparait de la main droite du thé et un quatre-quarts pour Supervielle ou Claudel qui allaient venir à cinq heures, écrivait de l’autre un pneumatique à Stravinsky pour lui confirmer le dîner du lendemain, répondait au téléphone à André Malraux qui appelait Milhaud, tournait une crème au chocolat avec sa troisième main, répondait à la cantonade à une question de Da, tandis qu’elle répétait avec un autre lobe de son cerveau le texte d’une cantate de Milhaud dont elle devait être la récitante dans quelques jours. Là-dessus, Henri Sauguet sonnait, suivi dans l’escalier par les pas de bûcheron de Fernand Léger, et quand il y avait, au 10 boulevard de Clichy, de l’amitié pour six, de l’attention pour huit et de la bonne humeur et du quatre-quarts pour dix, il y en avait pour douze, ce qui permettait d’accueillir Honegger venu en voisin, Francis Poulenc qui passait par-là, Aaron Copland qui débarquait de New York et Jean Genêt qui apportait le texte du ballet qu’il venait d’écrire pour Da…"

Claude Roy (Préface de Darius Milhaud, entretiens avec Claude Rostand, Juillard, 1952)

À lire aussi : Darius Milhaud et les sons de l’enfance