Serge Gainsbourg et Marilu Tolo sur le tournage du Roman d'un voleur de chevaux d'Abraham Polonsky (1970).
Serge Gainsbourg et Marilu Tolo sur le tournage du Roman d'un voleur de chevaux d'Abraham Polonsky (1970).
Serge Gainsbourg et Marilu Tolo sur le tournage du Roman d'un voleur de chevaux d'Abraham Polonsky (1970).  -  Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Serge Gainsbourg et Marilu Tolo sur le tournage du Roman d'un voleur de chevaux d'Abraham Polonsky (1970). - Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Serge Gainsbourg et Marilu Tolo sur le tournage du Roman d'un voleur de chevaux d'Abraham Polonsky (1970). - Sunset Boulevard/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

Serge Gainsbourg était un grand amateur de musique classique et s’est même inspiré d’airs de Chopin, Brahms ou Beethoven pour écrire de nombreuses chansons ! Un amour de la musique classique qui lui vient de l’enfance et de ses premières leçons de piano.

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Serge Gainsbourg était passionné par la musique classique depuis sa plus tendre enfance. Un goût transmis par son père, Joseph Ginsburg, pianiste des bars et des boites de nuit parisiennes. Avant de donner ses premières leçons de piano à Serge, Joseph Ginsburg parfumait le petit appartement familial de notes classique, celles de Scarlatti, Bach, Gershwin, Vivaldi, Chopin et De Falla. La radio et le piano de son père sont le prélude à sa formation musicale. « Je l’ai entendu chaque jour de ma vie, de zéro à vingt ans, c’est très important » confiait Gainsbourg.

  • Archive : Noël Simsolo s'entretient avec Serge Gainsbourg en 1982. 

À réécouter : Initials B.B : amour monstre et nouveau monde

A côté du piano, Serge et son père écoutent les 78 tours familiaux où sont gravés le Sacre du Printemps de Stravinsky, la Musique pour cordes percussions et célesta de Béla Bartók, Pelléas et Mélisande de Debussy ou encore Lulu d’Alban Berg. Dans sa jeunesse, Gainsbourg se rend également avec son père au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, certains après-midi, écouter des répétitions publiques d’Alfred Cortot. Un "collabo notoire" mais "le plus grand interprète" de Chopin selon Gainsbourg.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

De tous les compositeurs classiques, Chopin est probablement celui qui marque le plus durablement Gainsbourg comme nous l’apprenons dans ce grand moment de radio. Nous sommes le 11 octobre 1989 sur France Inter, Gainsbourg est invité par Leïla Djitli et Christine Lamazière à écouter une certaine interprétation de la valse de l’adieu enregistrée en 1962.

  • Archive : "Trans mémoire express" enregistré le 11/10/1989 au domicile de Serge Gainsbourg. 
Références

Programmation musicale

  • 08h16
    RACHMANINOV Moment musical pour piano en mi min op 16 n°4
    RACHMANINOV Moment musical pour piano en mi min op 16 n°4
    SERGE RACHMANINOV
    RACHMANINOV Moment musical pour piano en mi min op 16 n°4

    Interprètes SERGE RACHMANINOV, MAHANI TEAVE

    Album Rapa Nui Odyssey
    Label RUBICON
  • 08h20
    GOUNOD Roméo et Juliette : Ah ! Lève-toi soleil (Acte II) Roméo
    GOUNOD Roméo et Juliette : Ah ! Lève-toi soleil (Acte II) Roméo
    CHARLES GOUNOD
    GOUNOD Roméo et Juliette : Ah ! Lève-toi soleil (Acte II) Roméo

    Interprètes CHARLES GOUNOD, EMMANUEL VILLAUME, BENJAMIN BERNHEIM

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation