Francis Poulenc
Francis Poulenc
Francis Poulenc - Bettmann / Getty
Francis Poulenc - Bettmann / Getty
Francis Poulenc - Bettmann / Getty
Publicité
Résumé

Francis Poulenc s'inspirait parfois des musiques populaires de son époque. Des chansons de Mayol, d'Henri Christiné ou de Vincent Scotto en passant par le jazz, sans oublier les danses et les guinguettes de son enfance.

En savoir plus

Dans un entretien donné à Claude Rostand dans les années 50, Francis Poulenc dessinait l’arbre généalogique de ses influences. Une ascendance glorieuse qui pourrait être complétée par des branches plus légères mais toutes aussi présentes dans sa musique. Vincent Scotto, Mayol, Edith Piaf, Henri Christiné, des artistes qui se produisaient dans des cabarets et des cafés concerts et pour lesquels il a écrit des pages célèbres comme ces Chemins de l’amour créés par Yvonne Printemps.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Poulenc se souvient des mélodies populaires que sa mère lui jouait quand il était enfant. Il se souvient aussi des accordéons et du musette qui faisaient la joie des guinguettes du bord de la Marne que les Parisiens rejoignaient les dimanches. Nogent était le paradis de Francis Poulenc, avec ses guinguettes, ses marchands de frites et ses bals musettes. Des dancings que l’on prononçait "dansinges" à son époque. C’est là qu’il a connu les airs de Christiné et de Scotto. « Le côté mauvais garçon de ma musique n’est pas artificiel comme on le croit parfois, puisqu’il se rattache à des souvenirs d’enfance très chers » assurait-il. 

Publicité

À réécouter : « Je ne veux pas travailler… » : éloge de la paresse selon Poulenc et Pink Martini

Les airs de Maurice Chevalier, les chansons du répertoire Mayol se retrouvent à différents niveaux dans la musique de Poulenc. Ce sont des choix d’instruments qui évoquent quelques fanfares dans sa pièce Cocardes, des marches harmoniques et l'utilisation de la forme couplet/refrain très utilisée dans la chanson. Le cabaret est également présent dans certains passages des Mamelles de Tirésias qui rappellent la gouaille parisienne. Il arrivait même à Poulenc de citer quelques airs folkloriques dans ses oeuvres…

A la fin de son Concerto pour piano, Poulenc cite l'air traditionnel américain Swanee River. Une mélodie que le public a reconnu sans efforts lors de la création de l’oeuvre à Boston.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Claude Rostand voyait en Poulenc un compositeur à deux visages : moine et voyou. Francis Poulenc, compositeur de musique sacrée et profane qui aimait à raconter que tout jeune lycéen à Paris, lui, le fils de l’un des fondateurs de la plus grande entreprise pharmaceutique de France, avait vendu un recueil de sonates de Beethoven pour aller applaudir Misstinguett aux Folies Bergères.

Références

Programmation musicale

  • 08h17
    CHOPIN Sonate n°3 en si min op 58 : Scherzo
    CHOPIN Sonate n°3 en si min op 58 : Scherzo
    FREDERIC CHOPIN
    CHOPIN Sonate n°3 en si min op 58 : Scherzo

    Interprètes FREDERIC CHOPIN, MOMO KODAMA

    Album Momo Kodama interprète des pièces pour piano de Chopin (2008)
    Label TRITON

L'équipe

Max Dozolme
Max Dozolme
Max Dozolme
Production
Yassine Bouzar
Réalisation