Portrait de l'accordéoniste Yvette Horner (1922-2018).
Portrait de l'accordéoniste Yvette Horner (1922-2018). - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Portrait de l'accordéoniste Yvette Horner (1922-2018). - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Portrait de l'accordéoniste Yvette Horner (1922-2018). - Jean MAINBOURG/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité

Portrait de l'accordéon, cet instrument que l’on associe a priori aux musiques populaires et traditionnelles et que l’on retrouve aussi dans la musique classique et contemporaine !

Pour trouver les origines de l’accordéon, certains musicologues n’hésitent pas à faire un grand voyage dans le temps et l’espace. Rendez-vous en Chine, autour de 1100 avant Jésus-Christ. C'est de cette époque que date la toute première mention de l’orgue à bouche Sheng, un instrument que l’on retrouve dans toute l’Asie et que d’aucuns considèrent comme l’ancêtre le plus lointain de notre accordéon européen, qui quant à lui est apparu en 1818 en Autriche. Avec ses anches libres et voyageuses, l’accordéon est le symbole musical de cultures et de genres musicaux très diversifiés. En effet, comme le disait Yvette Horner, l’accordéon peut tout jouer, des musiques folkloriques du monde entier, du jazz et des chanson en passant par un style musical qui vient de faire son entrée au patrimoine mondial de l’Unesco...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Mon instrument, c'est l'accordéon. Je l'ai appris à l'école de la rue. Dans le temps, quand les gens fêtaient les mariages, il y avait le violon, l'accordéon, la darbouka, mais pas de trucs électroniques. Et l'accordéon donnait un son typique, oriental. C'est original, c'est un beau son ». Grâce à Cheb Mami ou encore Cheb Khaled, l’auteur de cette déclaration d’amour, l’accordéon est un des instruments phares du raï ! Ce qui n'est pas du tout cas dans le domaine de la musique classique occidentale.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce que vous entendez est l’une si ce n’est la plus ancienne partition occidentale composée pour un accordéon. Ce thème varié et très brillant est l’œuvre d’une compositrice française nommée Louise Reisner. Une petite pièce composée en 1836 et qui préfigure l’usage très minimaliste que fera Tchaïkovski de ce même accordéon dans sa Suite orchestrale n°2 composée cinquante ans plus tard en 1883. Quatre accordéons pompiers et facultatifs qui donnent toute leur saveur à ce bien nommé "Scherzo burlesque" !

MAXXI Classique
4 min

Rassurez-vous, avec le temps, l’accordéon a quand même hérité de partitions un peu plus ambitieuses que nos deux exemples précédents. Outre ses apparitions ponctuelles dans des scènes opéras comme Fedora de Giordano ou Wozzeck de Berg, il faut citer les œuvres modernes de Charles Ives, d’Hindemith, Prokofiev, Chostakovitch, Darius Milhaud ou encore Sofia Goubaïdoulina et les pièces contemporaines d’un Dutilleux ou encore d’un Bernard Cavanna !

MAXXI Classique
3 min

Dans ce "Galop Pompier" de Bernard Cavanna, l’accordéoniste virtuose Pascal Contet nous embarque pour un musette infernale, une danse populaire qui s’emballe grâce à de savants dérèglements et qui sonne comme un résumé mais aussi comme un prolongement de l’histoire musicale de l’accordéon !

MAXXI Classique
4 min

L'équipe