Jean-Jacques Goldman sur le plateau de l'émission "C'est encore mieux l'après-midi". - Jean-Paul Guilloteau/Kipa/Sygma via Getty Images
Jean-Jacques Goldman sur le plateau de l'émission "C'est encore mieux l'après-midi". - Jean-Paul Guilloteau/Kipa/Sygma via Getty Images
Jean-Jacques Goldman sur le plateau de l'émission "C'est encore mieux l'après-midi". - Jean-Paul Guilloteau/Kipa/Sygma via Getty Images
Publicité
Résumé

Jean-Jacques Goldman fête aujourd'hui ses 70 ans. L'occasion de découvrir que la star de la variété est aussi violoniste, compositeur de musique de film et passionné par les musiques traditionnelles celtiques.

En savoir plus

Disons le tout de suite, Jean-Jacques Goldman et la musique classique c’est pas trop ça ! Sa musique est très bonne mais elle est bien plus proche de la variété et du rock que des Sinfonias de Bach. Aucune reprise de thèmes classique dans sa longue carrière et pourtant il faut savoir que Goldman a appris ses premières notes de musiques non pas sur ses fidèles guitares Gibson SG mais sur le clavier d’un piano et les quatre cordes d’un violon. Des cours qui ne lui laissent pas une très grande impression « j'apprenais le violon comme on apprend les sciences naturelles » concède-t-il. Pourtant Jean-Jacques Goldman n’a jamais oublié l’instrument de son enfance. Sur scène en 1998, il posait même quelques instants sa guitare électrique pour se saisir d’un violon amplifié et jouer en soliste sur la chanson Natacha

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec son caractère improvisé et ses nombreux glissandis, on comprend que sa sonorité est plus proche de celle d’un violoneux irlandais que d’un violoniste classique ! En fait, la musique traditionnelle celtique est une des passions de Jean-Jacques Goldman et ce goût pour les musiques anciennes se retrouve dans l’un de ses titres les plus connus. Une bourrée rock nommée « Tournent les violons » qu’il interprète aux côtés d’un ensemble de cordes dirigé par Yvan Cassar

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour trouver d’autres preuves de l’amour de Jean-Jacques Goldman pour le violon et les musiques traditionnelles il faut aller voir du côté de ses bandes originales. Il en a composé plusieurs avec son ami, l’accordéoniste et arrangeur Roland Romanelli. Parmi celles-ci, il en est-une qui fait la part belle à des musiques d’inspirations celtiques. C’est la musique du film Astérix et Obélix contre César sorti en 1999. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans cette musique composée pour le film de Claude Zidi, l’exactitude du London Symphony Orchestra dialogue avec le violon dingue de Didier Lockwood mais aussi un chalemie et un cromorne, des ancêtres lointains du hautbois et du basson moderne. Pour donner une touche encore plus irlandaise, on trouve même un tin whistle, une flûte traditionnelle. Et quand on mélange ces deux mondes musicaux, qu’est-ce que l’on obtient ?  Un véritable peplum celtique ! 

4 min